Trans : un grand pas de franchi

translogoLe Conseil québécois LGBT
Collaboration spéciale

Le Conseil québécois LGBT (CQ-LGBT) félicite le ministre de la Justice du Québec, monsieur Bertrand St-Arnaud, pour avoir su mener à terme le projet de loi 35 qui permettra aux personnes transsexuelles et transgenres de pouvoir changer de sexe à l’état civil sans l’obligation de chirurgie.

« Nous nous réjouissons de cette avancée importante pour les personnes transsexuelles et transgenres. Si tout n’est pas réglé avec ce projet de loi, il permet au moins d’améliorer grandement la qualité de vie de ces personnes  », de déclarer le directeur général Steve Foster.

À titre d’interlocuteur privilégié du gouvernement dans les dossiers LGBT, le Conseil a sensibilisé le ministre St-Arnaud, dès son entrée en fonction, sur les réalités vécues par les personnes transsexuelles et transgenres et sur la nécessité d’agir afin d’assurer que ces hommes et ces femmes puissent obtenir leur égalité au sein de la société et enrayer la discrimination dont ils et elles sont victimes.

D’ailleurs, le Comité Trans du Conseil, sous la responsabilité de Julie-Maude Beauchesne, avait déposé en avril 2011 son plan de revendications, élaboré avec les groupes trans, afin de permettre au gouvernement d’aller de l’avant avec les actions à poser à l’endroit des populations transsexuelles et transgenres. Le ministre St-Arnaud ainsi que les parti de l’opposition ont donc en main tous les éléments pour assurer une égalité juridique, mais aussi pour mettre en place des initiatives visant à contrer la transphobie, la stigmatisation et le suicide qui composent encore trop souvent leur réalité.

« Jusqu’à maintenant, le ministre de la Justice a témoigné d’une réelle préoccupation et d’une grande compréhension des enjeux et des besoins des personnes transsexuelles et transgenres. Et nous sommes convaincus que lui et les partis d’opposition sauront aller encore plus loin afin d’assurer l’égalité juridique et sociale de celles-ci. Il n’y a pas de raison qu’ils ne puissent aller de l’avant  et permettre le changement de la mention de sexe pour les moins de 18 ans, ainsi qu’aux résidents permanents n’ayant pas encore la citoyenneté » conclu Steve Foster.

À propos du Conseil québécois LGBT

Le Conseil est un lieu de militantisme, d’analyse, de réflexion, de dialogue, de débat, de sensibilisation et de formation. Le Conseil agit à titre de porte-parole et d’interlocuteur privilégié auprès des instances décisionnelles, tant politiques que sociales, relativement à la qualité et aux conditions de vie des personnes LGBT et de leur communauté. Il fait la promotion des contributions individuelles et collectives des personnes LGBT et de leur communauté à la société.

Voir aussi notre article sur le projet de loi 35.