Influence Communication : Sports 40, Culture 4

canadienInfluence Communication vient de publier son bilan 2013 sur l’état de la nouvelle au Québec. Une fois de plus, le bilan est peu réjouissant. Comme le signalent les auteurs du rapport, si la diversité des sources et des opinions constitue une richesse pour un marché, alors le Québec est pauvre, Québecor, Gesca et Radio-Canada générant à eux trois plus de 83 % de l’ensemble du contenu de l’information au Québec.

En faisant l’inventaire des caractéristiques des médias québécois, on constate la surreprésentation du Canadien de Montréal, des nouvelles locales et des faits divers et le faible intérêt pour ce qui se passe ailleurs au Canada et dans le monde.

En effet, les sports, les faits divers et les nouvelles locales ont coiffé tous les autres thèmes avec un poids médias combiné de 43 %. En 2012, ces trois thèmes réunis avaient généré moins de 32 % de tous les sujets d’actualité. Les arts, spectacles et médias ont subi un recul, 4,12 % en 2012 à 3,86 % en 2013

L’éducation, qui avait occupé près de 10 % de l’actualité en 2012 (les carrés rouges), a retrouvé son rang habituel (20e  rang) avec seulement le quart de 1 % des nouvelles de l’année. Les médias québécois continuent de démontrer leur désintérêt général à l’égard des nouvelles économiques avec une baisse de 9 % en 2013. En comparaison, les Ontariens ont accordé 74 % plus de place à l’économie que le Québec.

La cuisine a poursuivi sa progression fulgurante en passant du 12e  rang en 2007 à la 5e position en 2013, devant les nouvelles économiques. Le poids médias des livres de cuisine au Québec pendant une semaine représente l’équivalent de l’intérêt global pour 30 minutes d’une partie moyenne du CH. Tout le reste de l’industrie du livre ne représente en une semaine que 45 secondes d’une partie moyenne du CH.

En 2013, les cahiers spéciaux auront permis pour la première fois à l’automobile de surpasser la santé. Les problèmes de circulation prennent le pas sur l’environnement. L’habitation, la décoration, la rénovation et le jardinage font conjointement un pied de nez aux nouvelles internationales.

La Charte des valeurs québécoises découle d’enjeux qui n’étaient pas dominants dans l’actualité depuis le débat sur les accommodements raisonnables en 2007, soit l’intégration des communautés culturelles. La Charte aurait ainsi détourné l’intérêt des médias envers d’autres dossiers.

Non, y’en aura pas de facile…

[Influence Communication : bilan 2013 sur l’état de la nouvelle au Québec.]