Grandeur et misères de la vie de condo

condoLa vie en condo présente bien des facettes, des plus colorées au plus saugrenues. Nous avons deux piscines, une intérieure et l’autre extérieure. Lorsque  les propriétaires de l’édifice  no.2 vont  nager dans la piscine intérieure, ils passent pour des intrus car cette piscine est située dans l’édifice no. 1. Pourtant, sur nos contrats d’achat il bien spécifié que nous avons accès  à cette piscine. Et  si, l’été, ceux du no.1 viennent dans notre piscine  extérieure, ils nous font bien sentir qu’ils le font par condescendance, pour nous faire plaisir. Si on veut de la compagnie, on s’inscrit au cours d’aquaforme. Et là, on performe sous le regard admiratif  des voisins…

Il y a aussi les rencontres  dans la salle communautaire deux fois par année : à Noël  et au mois de mai. Moments charmants où on apprend à se connaître et peut-être à s’apprécier. Et que dire de l’assemblée annuelle où, après maints coups de gueule, on finit en riant avec un verre de porto à la main.

Ça, c’est  le bon côté des choses. Il y a l’envers de la médaille. Exemple : Mme Y n’aime pas Mme X. Mme X, fière d’elle-même, s’occupe de la bibliothèque. Elle classe, note les prêts, époussète, etc. Mais Mme X ne fait pas partie du même clan que Mme Y. Affrontement inévitable! Pour bien marquer son désaccord, Mme Y défait la classification des livres! Puéril!

Il y a des règlements dans les condos qui, la plupart du temps, ont été établis lors des assemblées des premiers propriétaires. N’essayez surtout pas de les contourner. Il y aura une levée de boucliers. Les hommes, toujours aussi  batailleurs, en viendront aux poings. Les femmes, si  élégantes  quelques instants  auparavant, s’insulteront  avec le langage le plus ordurier qui soit. Elles en perdent tous leurs charmes.

Les assemblées annuelles, plus ou moins houleuses selon les problèmes à régler, doivent être dirigées par un président d’assemblée  à la discipline rigoureuse alliée au tact le plus subtil. Une perle rare, quoi!

Je passerai sous silence ces mésententes entre copropriétaires qui finissent en procès dans lesquels des sommes faramineuses peuvent être englouties sans qu’il y ait de gagnants. Je crois qu’il y a plus d’inconvénients que de bons  côtés à vivre en condo. Il  parait qu’on s’y fait…c’est mon troisième condo!