Une princesse et un inventeur dans la famille Michaud

Plusieurs ont des prénoms, disons, peu courants pour des canadiens-français : Switha, Wenceles, Ola, Edmée, Fauvette. Certains de ces enfants d’un chef de gare d’un bled perdu du Nord-ouest ontarien ont connu une vie hors de l’ordinaire. Une fois encore nous allons visiter une famille d’une époque peu explorée de l’histoire québécoise, le début du XXe siècle.

Joseph-Laurent Michaud, né le 28 octobre 1858 à Kamouraska est le fils de Benjamin Michaud et Léocadie Labrie. Il devient le premier agent de gare de Verner, localité situé entre Sudbury et North Bay, en Ontario. Nous sommes à l’époque de la construction du chemin de fer transcanadien.

Il épouse, Adélaïde Ricard, fille de François Ricard et Mousseau, à Ste-Anne de Sudbury, Ontario le 19 août 1885. Le frère d’Adélaïde, Félix, est marchand de quincaillerie à Sudbury. Les Ricard vont s’établir à Verner en 1886 et vivront avec les Michaud dans la gare. Félix et son frère Eugène ouvriront un peu plus tard une quincaillerie en matériaux de construction dans cette localité. La gare servira également d’école au début, Adélaïde enseignant à quelques enfants [Société historique du Nouvel-Ontario]. Adélaïde Ricard est née le 1er septembre 1865 et décède le 5 juin 1902 à St-Jérôme âgée de 37 ans. Elle est probablement morte à l’accouchement de sa fille Adélaïde, ou des suites de celui-ci. Veuf, Joseph Laurent Michaud épouse Helen Shehan, veuve de Maxime Valiquette, à la Cathédrale St-Jérôme le 6 juillet 1905. L’année suivante, de nouveau veuf, il épouse Marie Agnès Zéphérine Labonté, fille de Louis et Elmire Clavel au même endroit le 19 novembre 1906. Joseph Laurent Michaud décède à Montréal le 6 mai 1940 âgé de 81 ans.

Au recensement 1901, la famille habite dans le village de Sainte-Scholastique. Joseph Laurent est agent du Canadian Pacific Railway. Avec des revenus annuels de 500 $, la famille n’est pas riche (à l’époque c’est le salaire d’un ouvrier qualifié) mais a quand même les moyens d’avoir une domestique de 19 ans, Émilia Duguay.

Au recensement 1911, à part Wencelas qui est marié et qui héberge sa jeune sœur Fauvette, on ne retrouve aucun membre de la famille au Québec ou en Ontario. Sont-ils à New York ou à Paris ? On retrouvera des enfants du couple dans ces deux villes plus tard.  

Enfants de Joseph-Laurent Michaud et Adélaïde Ricard

1)      Wencelas Michaud

Michaud-W-1Wencelas Michaud (né le 29 octobre 1886) se marie avec Eugénie Cloutier (1887), fille de Philibert et Marceline Gascon, à la Cathédrale de St-Jérôme le 13 novembre 1906. En 1911, il est garçon de ferme à St-Canut. À son décès, le 30 décembre 1934 à l’âge de 48 ans, on apprend que Wenceslas Michaud a été geôlier de la prison de St-Jérôme. Universellement estimé, il avait une maladie du cœur depuis 4 ans. Il laisse une fille Marie Michaud, épouse d’Henri Aubin, et deux petites-filles, Fauvette et Gisèle Aubin de St-Jérôme. [L’Avenir du Nord, 28 février 1935]

2)      Irénée Michaud

Irénée (René) Michaud, (né le 7 mai 1888) se marie avec Antonia Côté, fille de Zéphir et Sophie Bisson à la Cathédrale de St-Jérôme le 23 juin 1914. Ils vivent à Ste-Adèle en 1935, à Montréal en 1940. Antonia est la petite-fille de Ludger-Edesse Côté, un des pionniers de St-Jérôme [L’Avenir du Nord, 28 février 1935 et 22 mars 1940]. Irénée Michaud décède à l’hôpital St-Jean-de-Dieu à l’âge de 63 ans et a été inhumé à St-Jérôme [L’Avenir du Nord, 15 février 1952].

3)      Oswald Michaud

Michaud-Oswald-3Camille Adrien Oswald Michaud est né le 18 juillet 1891, à Verner, Ontario. Il se marie avec Marie-Marthe Camus, fille de Jules Edmond Camus et Joséphine Odile Carion, à St-Jacques, Montréal, le 11 août 1914.

Le 19 mars 1974, La Presse consacre un article aux jumelles Edmée et Marthe Camus qui fêtent leurs 85 ans. Veuves respectivement de Joseph Eugène Michaud et Oswald Michaud (ces derniers ne sont pas apparentés), elles sont nées en France, précisément à Darney en Lorraine en 1889. Vers 1896, leurs parents émigrent au Canada et s’installent à Montréal. Leur père, Edmond Camus, est sculpteur de pierre et on lui doit, entres autres, quelques statues de Marie-Reine-du-Monde. Il meurt à 38 ans et leur mère élèvera ses enfants seule.

Pianiste et inventeur

Pianiste accompli, Oswald Michaud acquière en parallèle une formation technique. En 1923, Il interprète au piano Saltarel de Théodore Lack et des pièces populaires, Sheikh et Whispering à CKAC, premier poste de radio francophone, ouvert depuis quelques mois [La Presse 19 janvier 1923]. Examinateur depuis plusieurs années, auteur d’un traité sur l’acoustique à l’usage du Conservatoire national de Musique, Il est nommé professeur d’acoustique à l’université de Montréal [La Presse, 2 février 1924].

Le 19 novembre 1923, on accorde les lettres patentes à Michaud & Cie. Oswald Michaud, manufacturier, Swita Michaud et Albert Leblanc, comptables, de Montréal en sont les actionnaires. L’entreprise a pour buts de fabriquer des pianos, phonographes ou autres instruments de musique et des appareils de radio. L’entreprise est située au 518, Rachel Est.

Vers 1939, Oswald Michaud invente un piano électronique, le sonobel. En gros, il a remplacé la table d’harmonie d’un piano droit par un amplificateur électronique et un haut-parleur. Un vibrato peut être produit grâce à une pièce de métal plongée dans l’eau salée. Les pédales permettent de prolonger la note à volonté. À chaque note est associé un aimant. Le sonobel conserve le timbre du piano tout en lui donnant une richesse harmonique extraordinaire. Des musiciens tels Alfred La Liberté, Paul Doyon, Paul de Marky, Léo Lesieur vantent les mérites de cet instrument. On lui prédisait alors un bel avenir [La Presse, 8 avril 1939].

En juin 1939, Michaud explique au couple royal d’Angleterre, en visite à Charlettown, le mécanisme de son invention tandis que Paul de Marky en joue [La Presse, 24 juin 1939].

On jouera à plusieurs reprises du sonobel au fil des ans. Ainsi Paul de Marky en joue à Radio-Canada le 14 septembre 1939 et le 19 juillet 1942; on en joue lors de la dernière émission de Radio Carabin, en juin 1951 ; le 26 mai 1952 Thérèse Trudel sera au clavier lors du Gala annuel de chant français, organisé par José Delaquerrière. Il en resterait 2 exemplaires à Radio-Canada, parait-il.

Oswald Michaud décède à Longueuil le 25 août 1966 à 75 ans. Il habitait au 245, rue Labonté.

4)      Irène Michaud

Irène Michaud, née 11 décembre 1889. Irène Lola Michaud, de Fort Lauderdale décède à l’Hôtel-Dieu [La Presse 1er juin 1965]. Installée à New York, Irène Michaud épouse Fernando Marzano. Elle fut secrétaire particulière de Joffre en 1917 et de Viviani [Le Canada 11 décembre 1942].

5)      Florestine Michaud

AA-01809Florestine Michaud est née le 21 juin 1893. Infirmière diplômée de l’hôpital Laval à Saint-Cloud en France, elle a été décorée lors de la Grande guerre de 1914-18 [La Presse, 11 décembre 1942]. À une date indéterminée, elle s’installe à New York [La Presse, 19 janvier 1935]. Elle épouse le prince Jean Paléologue. Décédée le 8 août 1975, elle est enterrée sous le nom de Florestine M. Paléologue au cimetière du Champ d’honneur national à Pointe-Claire, Montréal, emplacement AA-1808.

Un prince byzantin

Il y aurait donc un prince grec, Jean Paléologue, dans la famille. Peu de paleologue-jean-1temps après son décès en 1942, le journal Le Canada donne les grandes lignes de sa biographie. Il est le descendant direct de Manuel Paléoloque, frère du dernier empereur byzantin, Constantin XI. Son père, grand propriétaire foncier et officier de l’armée roumaine, avait épousé la sœur de la reine Natalie Obrenovich de Serbie [NdA. Une vérification sur Wikipedia montre qu’il y a erreur]. Né en 1860 à Bucarest, capitale de la Roumanie. Il passe 5 ans en Angleterre, sa mère était anglaise, puis retourne en Roumanie. En 1877, il commande un peloton russe contre les Turcs. Deux ans plus tard il s’installe à Paris et se consacre au pastel sous le nom d’artiste Pal1. Il reçoit la médaille d’argent de l’exposition universelle de 1900. Il aurait assisté à la cérémonie de dégradation de Dreyfus. Il connait Oscar Wilde et est ami avec des artistes comme Coquelin et Sarah Bernhardt. Sur l’invitation de cette dernière, il part en Amérique en 1900 en compagnie du comte Boni de Castellane [il semble ici encore qu’il y ait incohérence dans les dates] et se fixera à New York. Il sera, entre autres, caricaturiste pour le New York Evening Journal, le Morning Telegraph. Il obtient la citoyenneté américaine en 1923 et a été commissaire des finances de la légation roumaine2 à Montréal. [Le Canada et La Presse, 11 décembre 1942].

Selon le New York Times, il est décédé dans la nuit du 24 novembre 1942 à l’hôpital Edgewater de Miami. Il aura été marié 4 fois. Son fils unique, Ion Alessandro Paléologue, dernier de la lignée, est né de sa deuxième union, Mary Content Easton qu’il a épousée en 1909 [New York Times, 25 novembre 1942]. Selon le procès en divorce en 1909, il a marié sa première épouse, la princesse Isabelle à Londres le 1er novembre 1883. Cette dernière n’arrive aux États-Unis qu’en 1908. Elle demande le divorce pour infidélité causant une commotion chez ses amis qui le croyaient célibataire. Comme il ne s’est pas présenté au procès, il a été identifié grâce à des photos. Aucun enfant n’est issu de ce mariage. À son arrivée à New York, il avait pris un studio au 9 East 42th St et devint rapidement le portraitiste des dames de la bonne société. Un prince, Constantine Paléologue arriva à New York en mars 1907, affirmant que c’est lui le descendant direct de cette vieille lignée. Des échanges courtois s’ensuivirent entre les deux à savoir qui est le vrai prince [New York Times, 28 janvier 1909].

Jean Paléologue est le cousin germain de George-Maurice Paléologue, ambassadeur de France, fils d’Alexandre Paléologue (1824-1866). Accusé de comploter contre le prince Bibesco, hospodar de Valachie, ce dernier avait été banni de Bucarest et s’était établi en France, où il épousa en 1851 Frédérique de Ridder. Excellente musicienne, celle-ci tint un salon que fréquentèrent Michelet, Taine, Renan, Saint-Saëns et Fauré.

Mais voilà, ni Maurice, ni Pal ne sont descendants des empereurs byzantins ! Le site sur la généalogie des Ghica est formel. Le père de Maurice, Alexandre, et celui de Pal, Ion, sont effectivement frères. Mais leur mère, Elisafta Vacaresco, issue de la petite noblesse roumaine, veuve du neveu du prince régnant, tombe amoureuse d’un certain Dimitrie, chantre de l’église Saint-Nicolas de Bucarest. Ils auront deux fils naturels, lesdits Alexandre et Ion. Ils seront par la suite adoptés par leur grand-oncle maternel. Ce dernier, célibataire, leur lèguera sa fortune à condition qu’ils adoptent le nom de Paléologue. Ce serait George-Maurice, le cousin de Pal, qui aurait inventé cette généalogie impériale. Bon, on a perdu une princesse mais on a gagné une belle histoire.

6)      Ola Michaud

Jean (Ola) Michaud, né 8 février 1895 se marie avec Odina Brien, fille de Raphaël et Florina Berthiaume, à St-Jacques, Montréal, le 1er décembre 1916. Ola Michaud décède le 5 mars 1939 à l’âge de 44 ans à l’hôpital St-Jean-de-Dieu, Montréal.

7)      Switha Michaud

Switha Michaud, né le 11 décembre 1896 à St-Jean L’Évangéliste, Thurso,se marie avec Lucie Camus, fille d’Edmond et Joséphine Carriou, à St-Jean-Baptiste de Montréal le 15 novembre 1918. Il est notaire. Lucie Camus décède le 3 septembre 1946 à Longueuil âgée de 55 ans. [La Presse 4 septembre 1946]. Switha Michaud décède à l’âge de 60 ans et est inhumé le 18 juin 1957 au cimetière Notre-Dame-des-Neiges de Montréal, lot B06055.

8)      Edmée Michaud

Marie Sédéris Edmée Michaud, née le 15 juin 1898 à Ste-Scholastique, Mirabel. (Probablement) décédée le 7, inhumée le 9 juin 1909 à St-Charles-Borromée, Joliette.

9)      Fauvette Michaud

Michaud-FauvetteMarie Anne Fauvita Michaud, dite Fauvette, est née le 10 juin 1900 à Ste-Scholastique, Mirabel. En 1911, elle habite chez son frère Wenceslas. Fauvette Michaud épouse José Delaquerrière vers mai 1924. Elle l’a connu à New York [La Presse, 3 mai 1924]. Elle tourne au cinéma à Paris dans Le Réquisitoire d’Henri Garat aux côtés de Marcelle Chantal, Il est Charmant et Marius (1931) avec Pierre Fresnay, Society Snobs (1921) avec Conway Tearle. En 1935, elle est à la Carrière à Paris [La Presse, 19 janvier 1935]. Elle chante de l’opérette en France avec son mari [Radiomonde, 19 juillet 1941]. Elle décède subitement à London, Ontario, le 30 août 1980, âgée de 80 ans.

José Delaquerrière

Artiste complet, José Delaquerrière est le fils de Louis Delaquerrière, ténor de l’Opéra-Comique de Paris et de Louise de Miramont, cantatrice. Il a étudié en France le chant, le piano, le violoncelle, l’orgue, la diction, la delaquerrière-jose-1comédie, etc. avec des professeurs tels Fauré, Vincent d’Indy. Ses parents avaient des amis célèbres, Maupassant, Massenet, Saint-Saëns. Avant de venir à Montréal en 1923, il a été volontaire durant la guerre 1914-18 puis il a chanté sur les grandes scènes de Paris et de New York. Il fut le premier à chanter de la chanson française à CKAC dès janvier 1923. Établi à New York en 1924, il revient donner un récital au théâtre Orpheum le 18 mai [La Presse, 3 mai 1924]. Il revient s’établir à Montréal en 1937 et fonde le Chœur de France. José Delaquerrière a consacré bénévolement 28 ans de sa vie à ce conservatoire populaire où il a formé près de 8 000 Montréalais et Montréalaises et ce, gratuitement et sans subvention [Radiomonde, 19 juillet 1941 et La Presse, 20 avril 1972].

10)   Adélaïde Michaud

Adélaïde Michaud, née en juin 1902, décédée à l’âge de 2 mois à St-Jérôme le 6 août 1902.

Ils ont également deux cousins en religion, Mgr Michaud missionnaire en Afrique et Mgr Trudel de Taboura (Niger) [L’Avenir du Nord, 4 janvier 1935].

Notes

1-      Pal expose à Montréal chez Morency Frères en 1938 [La Presse, 19 novembre 1938].

2-      Le Quebec Chronicle du 12 janvier 1920 confirme que le roi Ferdinand I de Roumanie avait nommé la veille l’Honorable George A. Simard de Montréal consul général de Roumanie, Michael Sabareano, chancelier et le prince Jean Paléologue délégué du commissaire du gouvernement roumain. Mais ce dernier ne fait plus partie de la commission quelques mois plus tard, suite à un remaniement [La Presse, 23 février 1921].

Dans le BMS 2000, on trouve 2 autres mariages des enfants de Laurent Michaud :

Marcel-Aurel Michaud, fils de Joseph Laurent et Zéphérine Labonté, épouse Marie-Louise Lapierre, fille d’Aubin et de Flore Gaudet le 29 avril 1944 à Notre-Dame de Montréal.

Damase Michaud, veuf de Lucie Camus, épouse Adélaïde Picard, fille de Rosario et Marie Talzat, à Notre-Dame-de-Grâce le 12 janvier 1948.

[Portrait de Jean Paléologue, fusain du peintre roumain Margilesco, paru dans La Presse du 11 décembre 1942]