Une femme juge de la Charia

Jusqu’à la fin du mois, les Montréalais auront l’occasion de voir gratuitement plusieurs documentaires dans différents parcs de la métropole. Nous soulignons ici deux de ces œuvres.

La Juge 

La Juge offre un nouveau regard sur la Palestine, sous un nouvel angle grâce au portrait de Kholoud Al –Faqih, la première femme juge de la Charia au Moyen-Orient. « Êtes-vous autorisée à divorcer de votre mari s’il vous maltraite? Dans quels cas avez-vous droit à une pension alimentaire? » Voilà des questions auxquelles la charia, la loi islamique, devrait avoir réponse. Et au Moyen-Orient, les opinions divergent quant à savoir si une femme devrait être autorisée à siéger en tant que juge de la charia. Malgré la controverse, l’avocate Kholoud Al-Faqih est devenue la première femme juge de la charia au Moyen-Orient et elle s’occupe d’affaires familiales depuis 2009. Erika Cohn propose un portrait de cette pionnière en la suivant au quotidien dans la vie professionnelle et privée.

La Juge est le 2e long métrage d’Erika Cohn. Elle a étudié la production cinématographique, les études sur le Moyen-Orient et la performance d’acteur à l’Université Chapman de Californie et à l’Université hébraïque de Jérusalem

Mercredi 8 août à 20h40 au Parc Laurier.
La projection sera suivie d’une discussion.

Ce Silence qui tue

En 2014, la GRC révélait un rapport à la conclusion sans appel : 1 181 femmes autochtones avaient disparu ou été assassinées. On peut même estimer qu’au Canada, ces femmes ont huit fois plus de risques d’être assassinées que n’importe quel autre citoyen. Mais l’indifférence semble régner. Pourquoi?  Que faire? Policiers, juges, proches de femmes assassinées, travailleuses du sexe, militantes, victimes d’abus : la cinéaste Kim O’Bomsawin a récolté leur parole à travers le Canada pour mieux comprendre les différentes facettes de cette insupportable réalité et peut-être enfin réussir à briser Ce silence qui tue.

D’origine abénakise, Kim O’Bomsawin a complété une maîtrise en sociologie avant d’entreprendre sa carrière de cinéaste-documentariste. Faire découvrir l’univers des Premières Nations en mettant de l’avant des histoires positives est ce qui motive sa démarche. 

13 août 2018 à 20:30 au Square Cabot.
La projection sera suivie d’une discussion avec la réalisatrice Kim O’Bomsawin.

Cinéma sous les étoiles
Jusqu’au 30 août 2018

sous-les-etoiles