Théâtre : Peep Show

J’entre dans la salle sans vraiment savoir à quoi m’attendre. Plusieurs comparent cette pièce à un Chaperon Rouge des temps moderne et d’autres la louange pour son excentricité. Il faut dire que toute cette information me laissait songeuse.

C’est  sans contredit une ambiance fascinante ou plutôt inquiétante qui se développe tout au long de Peep Show.  Une atmosphère troublante qui, dans mon cas, donne l’impression d’un déjà vu.  Cet environnement trouve le moyen de me replonger dans l’incompréhension que l’on peut ressentir lorsqu’on est enfant. L’impression de ne pas saisir quelque chose dont tous les adultes discutent. Cette pièce écrite par Marie Brassard, qui l’a elle-même interprétée il y a de cela 10 ans, présente l’évolution d’un personnage mixte, ou plutôt celui de Beautiful. Monia Chokri l’interprète de manière exceptionnelle. Revêtant des personnalités différentes, représentant tout les personnes qui ont pu marquer Beautiful, homme, femme, ou enfant. On reste ébloui par le jeux Chokri.

 Le conte du Petit Chaperon, raconté par Beautiful au tout début de la pièce, resurgit en filigrane au fil du récit. L’histoire se sépare en plusieurs tableaux racontant chacun une histoire différente sans logique évidente. Les modifications vocales, les projections, l’éclairage et les pas de danse vaporeux de Beautiful donnent le ton pour chacune de ces narrations. Les nombreux personnages interprétés par Chokri racontent des évènements, souvent sordides, de manière plutôt détachée. Pourtant elle réussit à faire transparaître l’impression que ces rencontres ont laissée sur le personnage central.

Quelques rires se font entendre au début de la pièce, rires qui se transforment rapidement en malaises ou bien en angoisses. Les nombreux récits qui se succèdent traitent de tabous, de souvenirs, de découvertes, mais surtout de désir. À certains moments, cet enchaînement semble chargé et aller dans tout les sens, mais demeure tout de même des plus surprenant.

On ne sort pas de l’Espace Go le cœur léger. Peep Show nous relâche dans une perturbation bien tangible et de perpétuels questionnements. Mais on ne peut pas nier le travail phénoménal de Marie Brassard, et par-dessus tout de Monia Chokri, qui donne un sens à cette composition hétéroclite.  Un fatras d’émotions.

Peep Show
Espace Go
Jusqu’au 10 octobre 2015

peep show 2