Serge Fiori… Rallumer les projecteurs…

serge-fioriIl y a moins d’un an, paraissait une biographie de l’auteur-compositeur-interprète Serge Fiori rédigée par Louise Thériault, ex-amie de cœur du musicien. Le titre: S’enlever du chemin, évoque déjà le retrait forcé de l’artiste de la scène musicale, lui dont les angoisses ont fini par éteindre les projecteurs…

Je suis passé par bien des émotions au fil des révélations et anecdotes transcrites dans l’ouvrage de Louise Thériault. J’ai été attendri, nostalgique… et j’ai beaucoup ri! Une franchise étonnante ressort des confidences de Fiori avec qui nous partageons les états d’âme, la vulnérabilité, la difficulté de vivre le quotidien. Et on sent toute la confiance que lui inspire l’auteure pour qu’il se livre à ce point. Ses maladresses y sont dépeintes sans la moindre censure, qu’elles soient sentimentales ou professionnelles. Et il ne faudrait pas confondre les bémols qu’il a apposés à certaines velléités carriéristes, lui uniquement guidé par des convictions.

Certes, le personnage est attachant. Le lien particulier très fort qui l’unit à son père relève presque du mystère, et pourtant, on en ressent toute la profondeur. Ses amours passionnés, souvent extrêmes, le définissent autant que sa passion de créateur le consume. J’ai été fasciné par les passages où l’auteure décrit l’homme subjugué par ses propres élans de création, n’excluant pas les transes pour peut-être toucher l’absolu.

Et à travers tout ça, l’homme n’a pas l’ego démesuré de bon nombre d’artistes qui ont connu le succès. Au contraire, l’humilité du créateur est constante. D’ailleurs, plusieurs de ses angoisses ont pour origine l’admiration qu’on lui porte, lui qu’on aime percevoir comme un gourou pendant la  belle  période d’Harmonium. Il aime pourtant rigoler et parfois déconner comme bien des jeunes de son âge, le musicien qu’on porte aux nues!

En suivant le parcours de Fiori, nous devenons aussi témoins de l’effervescence politique et culturelle du Québec des années 70. Les convictions du musicien se mêlent aux idéaux de toute une génération même s’il ne chante pas concrètement l’idéal d’un pays à se donner. La montée phénoménale d’Harmonium à cette époque nous conforte  dans ce sentiment grandissant que tout est possible…

La biographie de Louise Thériault dévoile aussi un gars qui avait du mal à gérer les choses concrètes de la vie. Vivre sous le même toit que Serge Fiori ne devait pas être de tout repos. Éternel oiseau de nuit, il a fait faux bond à bon nombre de rendez-vous diurnes… Des mots de L’albatros de Baudelaire me sont revenus en lisant le parcours de « ce voyageur ailé »… « Ses ailes de géant l’empêchent de marcher »… Rien ne semble mieux le décrire.

Serge Fiori a gravé une dizaine de nouvelles chansons; le musicien renaît de ses cendres… La sortie du nouvel album est prévue pour le début mars. J’imagine des milliers de nostalgiques l’attendant avec fébrilité… et lui, le musicien intense mais hésitant, déjà un peu aveuglé par les projecteurs qu’on voudrait braquer sur son âme.

Serge Fiori: S’enlever du chemin
Biographie par Louise Thériault,

Éditions du CRAM (Centre de Relation d’Aide de Montréal)

Animateur de radio (CINQ-FM, CIBL-FM), auteur-compositeur-interprète, François Martel nous dévoile ses coups de cœur en chanson francophone. François anime une émission hebdomadaire sur la chanson francophone: Vinyle en mille morceaux à l’antenne de CIBL – 101,5 FM le dimanche matin à compter de 10 h. Site de François Martel.