Rencontres internationales du documentaire de Montréal

La 18e édition des Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) se tiendra du 12 au 22 novembre 2015. Avec une sélection de 144 films en provenance de 42 pays et la présence d’une centaine d’invités, les RIDM sont plus que jamais une destination majeure pour les amateurs du cinéma du réel. Le festival présentera 25 premières mondiales et internationales, 23 premières nord-américaines, 23 premières canadiennes et 43 premières québécoises. À noter la présence de 49 courts et longs métrages québécois.

Le  festival s’ouvrira avec la première mondiale du nouveau film de Pascal Sanchez, Les vaillants. Fière héritière de la tradition québécoise du cinéma direct, cette plongée au cœur d’un HLM du quartier Saint-Michel de Montréal est un bijou d’humanisme qui touche droit au cœur.

En clôture, les RIDM proposent l’un des films les plus originaux et acclamés de l’année festivalière. Entre fiction et documentaire, Olmo and the Seagull de Petra Costa et Lea Glob nous fait partager le quotidien d’un couple d’artistes bouleversé par la grossesse. Une œuvre lumineuse sur les rapports entre la vie et la création.

Compétition officielle

Onze prix seront décernés aux films gagnants des quatre sections compétitives.

Les 10 films de la compétition internationale longs métrages témoignent de la vitalité du genre documentaire et de sa capacité unique à prendre le pouls du monde contemporain. En privilégiant une approche intimiste, la fresque magistrale Homeland (Iraq Year Zero), la chronique familiale Je suis le peuple et le huis-clos troublant Coma parviennent ainsi à transformer notre regard sur le désastre de l’invasion de l’Irak, la complexité de la révolution égyptienne et la situation actuelle en Syrie.

Sous la forme d’un thriller politique haletant Democrats nous invite à observer de près l’écriture d’une nouvelle constitution pour le Zimbabwe, une tâche aussi titanesque que vaine et dangereuse. Plus près de nous, la docu-fiction The Other Side propose quant à elle une plongée angoissante au cœur de la culture white-trash du sud des États-Unis.

À noter également un regard aussi original qu’atypique sur l’héritage d’un poète anglais fou By Our Selves, un mélange de poésie et science-fiction évoquant la mémoire collective de Singapour, Snakeskin. En marge de la coupe du monde de football au Brésil des liens familiaux se renouent, O futebol, tandis qu’Une jeunesse allemande retrace les origines du groupe terroriste allemand le plus célèbre des années 1960-70. Ou encore revisiter l’histoire des répressions politiques de Los Angeles sous forme de déclaration d’amour torturée, Machine Gun or Typewriter ?.

Compétition nationale longs métrages

Les multiples approches proposées par les 12 films de la compétition nationale n’ont rien à envier aux explorations de leurs confrères internationaux et démontrent plus que jamais que le Québec et le Canada possèdent une pépinière de talents documentaires inégalée. Les films attendus de talents reconnus tels qu’André-Line Beauparlant (Pinocchio), Dominic Gagnon (of the North), Mia Donovan (Deprogrammed), Jean-François Lesage (Un amour d’été) et Michka Saäl (Spoon) y côtoient les premiers longs métrages prometteurs de jeunes auteurs audacieux.

Après avoir remporté le grand prix du jury à Sundance pour son court métrage de fiction La coupe, Geneviève Dulude-De Celles nous propose une superbe chronique sur la jeunesse actuelle dans Bienvenue à F.L. Dans Nuestro Monte Luna, Pablo Alvarez-Mesa observe avec minutie de jeunes Colombiens passionnés de corrida aux prises avec des enjeux socio-politiques qui les dépasse.

Compétitions internationales courts et moyens métrages

Impossible de passer sous silence la présence imposante des créateurs québécois et canadiens parmi les 14 courts métrages internationaux sélectionnés cette année. Loïc Darses (elle pis son char), Nika Khanjani (Free World Pens), Nadine Gomez (Métro) et l’enfant terrible du cinéma expérimental québécois Karl Lemieux, accompagné de son complice David Bryant (Ondes et silence), pourront ainsi côtoyer des noms aussi illustres que Lucien Castaing-Taylor, Véréna Paravel et Ernst Karel qui reviennent avec une vision apocalyptique de notre monde industriel tournée au Japon à l’aide d’un téléphone et d’un télescope dans Ah Humanity !, ou encore le compositeur acclamé Jóhann Jóhannsson qui nous propose une symphonie audiovisuelle en plein Antarctique dans End of Summer.

Présentations spéciales

Nous pourrons assiter à la projection de deux œuvres ultimes des regrettés géants du cinéma Albert Maysles et Eduardo Coutinho. Disparue elle aussi récemment, Chantal Akerman réalise un ultime hommage à sa mère en forme d’œuvre somme dans No Home Movie. Gagnant du premier prix dédié au documentaire lors du dernier Festival de Cannes, Allende mi abuelo Allende, réalisé par la petite fille du président chilien déchu, propose un regard inédit et intime sur l’homme derrière le mythe; Frederick Wiseman explore l’un des quartiers les plus multiculturels de New York dans In Jackson Heights; Patricio Guzmán revient avec Le bouton de nacre, un nouvel essai philosophique et politique sur l’histoire du Chili; Sergei Loznitsa nous replonge dans la chute de l’URSS avec The Event; Claire Simon promène son regard tendre et humaniste au cœur du bois de Vincennes dans Le bois dont les rêves sont faits; et Nikolaus Geyrhalter signe une épopée de la vie ordinaire avec Over the Years.

Du 5 au 15 novembre, le concours La Fabrique culturelle et les RIDM craquent pour les courts invitera le public à visionner une sélection de six courts métrages québécois sur lafabriqueculturelle.tv. Le public votera pour son œuvre favorite qui remportera le Prix Fabrique culturelle de Télé-Québec, assorti d’une bourse de 500 $.

Les RIDM organisent de nombreuses activités parallèles conjointement à leur programmation de films. Des conférences, des tables rondes, des projections-débats, des concerts et des installations interactives viennent ponctuer et animer les onze journées du festival.

Seul festival au Québec entièrement dédié au documentaire, les Rencontres internationales du documentaire de Montréal (RIDM) offrent au public le meilleur du cinéma du réel en rassemblant les grands auteurs et les nouveaux talents à découvrir.

Les RIDM
Du 12 au 22 novembre 2015

Cinéma du Parc, Cinéma Excentris, Cinémathèque québécoise, Université Concordia, Pavillon Judith Jasmin Annexe et au Quartier général des RIDM (3450, rue Saint-Urbain).

rdmi-2015