Massimadi, la sélection officielle

arc-en-ciel afriqueLe festival de films Massimadi est de né de la volonté de montrer à la diaspora noire, la richesse et la réalité du milieu gai dans leur propre communauté. Dans le cadre du mois de l’Histoire des Noirs, Massimadi est un festival qui a su s’imposer en devenant une référence culturelle et communautaire depuis 2009. Massimadi vient de la contraction en créole de « Masisi » qui signifie péjorativement « Pédé » et de « Madivinez », pour « Gouïne ». En intégrant ses deux mots, qui sont souvent utilisé pour discriminer, les créateurs du festival ont voulu montrer cette volonté d’appropriation de deux termes qui sont marquant pour les personnes d’origine caribéenne. Le festival se tiendra du 25 février au 1er mars. Nous vous présentons la sélection officielle.

Au-delà des images

Réalisateur : Laurent Maurice Lafontant – Canada 2013 – en français – 20 minutes.
25 février, 19 h – Université Concordia, D.B. Clarke theatre

Une mère d’origine haïtienne, un jeune camerounais à la maîtrise et une étudiante rwandaise racontent leur cheminement vis-à-vis de l’homosexualité, et la façon dont ils ont choisi d’aller au-delà des apparences et des étiquettes pour découvrir les personnes qui se cachent derrière. Un documentaire touchant et poétique réalisé par Laurent Maurice Lafontant, caméra et éclairage de Stefan Verna avec la participation de Dorothy Rhau, Sylvain Nomo et Erykah W.

God Loves Uganda

Réalisateur : Roger Ross Williams – États-Unis et Ouganda – en anglais – 83 minutes.
25 février, 19 h – Concordia University, D.B. Clarke theatre

Le film explore le rôle du mouvement évangéliste américain en Ouganda. Ces missionnaires américains sont reconnus pour avoir fondé des écoles et des hôpitaux, mais aussi pour véhiculer une dangereuse bigoterie. Le film suit des évangélistes aux États-Unis et en Ouganda qui veulent éradiquer le péché sexuel.

Taboo Yardies

Réalisateur : Selena Blake – Jamaïque 2012 – en anglais – 79 minutes.
26 février, 19 h – Cinéma du Parc

L’homosexualité n’est pas illégale en Jamaïque. Toutefois cette société est profondément homophobe et les LGBT vivent continuellement dans la crainte de la violence.

Born This Way

Réalisateurs : Shaun Kadlec and Deb Tullmann – Cameroun et États-Unis 2013 – en anglais – 82 minutes.
27 février, 19 h – Cinéma du Parc

Ce film explore la communauté gaie et lesbienne à l’intérieur d’une culture intensément homophobe. Le Cameroun emprisonne les gais et lesbiennes, parfois jusqu’à cinq ans, plus que tout autre pays au monde. Le film suit Cédric et Gertrude qui souhaitent révéler leur homosexualité à leur famille et à leur communauté.

Friend of Essex

Réalisateur : Amir Dixon – États-Unis 2012 – en anglais – 42 minutes.
27 février, 19 h – Cinéma du Parc

Ce film rend hommage au prolifique auteur Essex Hemphill est un mélange d’entrevues, de pièces narratives et de poésie inspirées par les écrits de cet auteur Noir et gay et du film Tongues Untied deMarlon Riggs (1989).

Bumming Cigarettes

Réalisateur : Tiona M. – États-Unis 2012 -en anglais – 6 minutes.
28 février, 19 h – Cinéma du Parc

Une rencontre entre une jeune lesbienne noire en attente d’un test HIV et un gay d’âge moyen séropositif.

Hung

Réalisateur : Guinevere Turner – États-Unis 2005 – en anglais – 5 minutes.
28 février, 19 h –  Cinéma du Parc

Cinq lesbiennes et une potion magique qui leur donne, pour une journée seulement, un pénis.

Ifé

Réalisateur : Lenn Keller – États-Unis 1993 – en anglais – 5 minutes.
28 février, 19 h – Cinéma du Parc

Une journée dans la vie d’une lesbienne noire française à San Francisco.

Apostles of civilised vice

Réalisateur : Zackie Achmat – Arique du sud 2000 – en anglais – 104 minutes.
1er mars, 14 h – Cinéma du Parc

Pendant plus de siècles, l’histoire des gais et lesbiennes a été cachée dans des archives secrètes. Dans ce film le cinéaste et activiste sud-africain Zackie Achmat enquêtesur des personnalités gaies et lesbiennes de la période coloniale jusqu’à aujourd’hui. Entre 1910 et 1933 des millers d’hommes ont été condamnés pour sodomie ou tendances déviantes. La grande majorité d’entre eux étaient Noirs.

The Happy Sad

Réalisateur : Rodney Evans – États-Unis 2013 – en anglais – 87 minutes.
1er mars, 17 h – Cinéma du Parc

L’histoire de deux couples, Stan et Annie ainsi qu’Aaron et Marcus, s’imbriquent lorsque Stan rencontre Marcus après avoir fait connaissance en ligne. Pendant ce temps Annie a un blind date.

[Site du festivalPage Facebook.]