Les sœurs Giroux à la conquête de Paris et de Broadway

Deux sœurs font du théâtre dès leur plus jeune âge. Dans les années 1920, une se produit sur Broadway tandis que l’autre joue à Paris. Leur nom ? Antoinette et Germaine Giroux.

Antoinette est la première boursière en arts dramatiques du gouvernement du Québec en 1923. À Paris, elle étudie avec Denis d’Inès et joue au Théâtre national de l’Odéon sous la direction de Firmin Gémier dans L’Arlésienne, Sapho d’Alphonse Daudet. Puis elle est des tournées de la Comédie-Française et Théâtre de la Porte St-Martin. Durant les répétitions de Chanteclerc, la veuve d’Edmond Rostand, la poétesse Rosemonde Gérard, qui est avec son fils Jean Rostand, remarque sa voix harmonieuse et sa façon intelligente de déclamer les vers. Ce sera le début d’une longue amitié. Par la suite, elle accompagne André Brunot lors d’une tournée en Asie. Son rôle de Rosine dans le Barbier de Séville fut particulièrement remarqué. Elle revient au Québec en 1930 pour se joindre à la troupe Barry-Duquesne.

La cadette d’Antoinette, Germaine, n’est pas en reste elle non plus. Elle aurait décroché son premier contrat sur Broadway à l’âge de 16 ans. Elle fera carrière à New York durant de nombreuses années. Non seulement actrice, elle fait un tour de chant à Washington en 1940. Artiste versatile, elle sera également de la création des Belles-sœurs de Michel Tremblay en 1968. Dans le présent article, vous trouverez différents jalons de leur carrière. Toutefois de longues recherches s’avèrent nécessaire afin de tracer un portrait complet de leur parcours. L’article sera mis à jour au fil des découvertes.

Les pommes ne sont pas tombées loin de l’arbre

Giroux-LactanceSurnommé le photographe des artistes, le père d’Antoinette et de Germaine, Lactance Giroux, travaille dans le monde du spectacle à Montréal. Il sera d’ailleurs parodié méchamment en 1914 dans la revue de Pierre Christe, «En avant… marche !». En 1906, il travaille avec le pionnier du cinéma au Canada, Léo-Ernest Ouimet, qui ouvre son cinéma coin Montcalm et Ste-Catherine en janvier de cette année-là. Celui-ci embauche Giroux pour filmer les premières actualités locales comme l’incendie à Trois-Rivières ou la chute du pont de Québec en 1907. Giroux semble, comme l’indique André Gaudreault dans son étude, être également à son propre compte dès 1907 car il achète le Parisiana et y projette des films. Mais il fermera l’établissement quelques mois plus tard suite à la croisade du clergé contre le cinéma du dimanche. En décembre de la même année, Arthur Larente, propriétaire du Cinématographe, embauche Giroux comme opérateur.

En 1908, Giroux établit son studio rue Sainte-Catherine près du Théâtre National, et «sera photographe en chef pour la Ville de Montréal du début des années 1920 à 1940. Il exposera ses photographies aux Tuileries en 1922 et tissera des liens nombreux avec les milieux artistique et théâtral.» [Danielle Léger] Trois des filles de Lactance Giroux, Elzire, Antoinette et Germaine servent de modèles à l’atelier de L’Arche pour l’artiste Onésime-Aimé Léger, ami et protégé de leur père qu’il a connu vers 1910.

Le 14 novembre 1942, La Presse consacre un court article à Lactance Giroux, suite à son décès. « (…) M. E Lactance Giroux, ancien photographe officiel de la Ville de Montréal, à sa retraite depuis août 1940, est décédé hier matin à l’Hôtel-Dieu après une semaine de maladie. (…) Le défunt avait exercé plusieurs années sa profession rue Mont-Royal puis rue Sainte-Catherine avant d’entrer au service de la ville. Le défunt était aussi un graveur émérite et avait été déjà à l’emploi de la British American Banknote de New York. Dans le domaine de la photographie, M. Giroux avait enregistré maints succès. Il avait exposé à New York en 1918 et avait obtenu une médaille ; il avait exposé en 1926 (sic) aux Tuileries de Paris et ses travaux lui avaient valu les félicitations personnelles du président de la République ainsi qu’une médaille d’or de l’Exposition de Paris. Le défunt s’adonnait à la peinture et l’on sait tout l’intérêt actif qu’il portait au théâtre. (…) »

Seul son fils, Albert J. Giroux, lui aussi photographe officiel de la ville, semble s’être marié. Il a épousé Marie Blanche Yvette Crépault le 11 juin 1932 à St-Jacques, Marie Reine du Monde, Montréal. Deux autres Giroux se sont produites sur Broadway au tournant du XXe siècle, Marion Giroux (1899-1901) et Maude Giroux (1902-1906). Mais je n’ai pas trouvé d’indication comme quoi elles seraient apparentées ou non.

Données généalogiques (BMS 2000)

Les grands-parents paternels d’Antoinette et Germaine sont Alphonse Philorome Giroux, instituteur (fils d’André Isaac Giroux et de Marie Louise Angélique Denis) qui marie Thérèse Hermine Giroux, (fille de Pierre Giroux et Angélique Chartrand) à St-Joseph, Les Cèdres, comté Soulanges le 12 octobre 1868. La famille de Thérèse-Hermine devait être elle aussi bien en vue. Sa sœur Charlotte-Rachel avait épousé en 1852 Georges-Frédéric Baillargé, ingénieur et arpenteur ; une autre sœur, Catherine-Philomène, a épousé en 1862 l’imprimeur Joseph Darveau. Vous trouverez plus de détails sur le site NosOrigines. La Presse du 10 octobre 1910 nous apprend qu’A-P Giroux est décédé le matin même au 107, rue Sherbrooke Est après un mois de maladie. Il a travaillé 35 ans au service des chemins de fer et canaux à Lachine. Il laisse dans le deuil son fils unique, ses cinq petits-enfants et une belle-sœur, Madame C. Darveau de Québec.

Enfants d’Alphonse Giroux et d’Hermine Giroux.

Marie Lactance Édérick Giroux, né le 31 août et baptisé le 2 septembre 1869 à Notre-Dame-de-Grâce, Montréal. Lactance Giroux se marie avec Albina Desmarchais (fille de François Durand dit Desmarchais et de Louise Ducharme) le 6 octobre 1892 à Notre-Dame-de-Grâce, Montréal. Ce sont les parents d’Antoinette et de Germaine.

Marie Joseph Philorum Armand Giroux, né et baptisé le 28 novembre 1870 à Notre-Dame-de-Grâce, Montréal. Il décède âgé de 1 an le 3 et est inhumé le 11 décembre 1871 à Notre-Dame, Montréal.

Marie Joseph Albert Giroux, né et baptisé le 8 janvier 1872 à St-Henri, Montréal. Il décède à l’âge de 8 ans le 27 et est inhumé le 29 mars 1880 1871 à Notre-Dame, Montréal.

Marie Louise Angélique Hermine Giroux, née le 10 et baptisée le 11 juillet 1873 à St-Henri, Montréal.

Au recensement 1901 dans St-Joseph de Bordeaux (Montréal), on trouve : Alphonse Giroux (né le 24 janvier 1844 –  sépulture le13 octobre 1913), employé civil (800 $ par an), son épouse Thésèse (30 janvier 1845 – s. 1 août 1912). Ils savent lire et écrire. Alphonse est bilingue, son épouse, unilingue française. Leurs voisins sont leur fils Lactance Giroux, graveur d’acier (31 août 1869 – 13 novembre 1942), son épouse Albina (10 mai 1869 – s. 4 janvier 1954). Leurs enfants sont : Marie-Louise (25 août 1893 – s. 17 décembre 1958) Albert (23 mai 1895 – s. 6 février 1965) Elzire (27 juin 1897 s. 7 novembre 2000) Antoinette (27 septembre 1899 – s. 10 juillet 1978). Les parents savent lire et écrire, parlent français et anglais.

Au recensement 1911, la famille habite au 498, Ste-Catherine Est (près de St-Thimothée) Lactance est photographe et gagne annuellement 500 $. Un enfant s’ajoute, Germaine (née le 24 novembre 1902 – s. 5 septembre1975).

  

Antoinette Germaine
Giroux-Antoinette Giroux-Germaine
1899
Naissance le 27 septembre 1899.  
1902
  Naissance le 24 novembre 1902. Baptisée le lendemain à la paroisse de la Visitation de la Bienheureuse Vierge Marie (Sault-au-Récollet, Montréal)
1908
Montréal – Théâtre - Antoinette joue des rôles d’enfant au Théâtre National aux côtés de vedettes françaises, comme Victor Francen, Georges Colin. Radiomonde parle de l’âge de 6 ans, mais ce serait plutôt 9 ans avec Becman et L’Académie de musique. [350 ans… page 169]  
Les deux sœurs étudient au Conservatoire Lassalle. Il est sûr que les 2 sœurs ont étudié dans cette institution fondée par Eugène Lassalle, mais dans J. Béraud on ne spécifie pas en quelle année. 1908, année de la fondation du Conservatoire, parait probable pour Antoinette, mais certainement quelques années plus tard pour Germaine. [350 ans… page 138]
1911
Montréal – ThéâtreLe 20 novembre 1911, au National, la pièce Roger la Honte marque le début des deux sœurs. Antoinette, 12 ans, tient le rôle de la petite Suzanne et Germaine, 8 ans, celui du petit Raymond. Une des rares bonnes pièces cette année-là, selon Jean Béraud. [350 ans… page 139]
  
   
1915
Montréal – Théâtre - À l’âge de 15 ans, elle est engagée pour jouer aux côtés d’Edgar Beeman au Théâtre Canadien-français. Elle fait la tournée de la province avec lui. Pièces : Le Voleur de Berstein, Arsène Lupin, etc. [Radiomonde, 3 juin 1939]  
   
1916
 Montréal –Théâtre – Le Médecin de campagne de MM. Bordeaux et Campagne – Recrue de la troupe Dhavrol – Théâtre St-Denis [La Presse, 8 juin 1916] Montréal –Théâtre –
1917
Montréal –Théâtre – Le Petit muet d’Henri Kéroul (rôle titre) – Troupe d’Henri Miral – Théâtre Family [Montréal qui chante, février 1917] - La BâillonnéeDrame de Pierre de Courcelles – Théâtre Family [La Presse 13 mars 1917] Montréal –Théâtre – La conscience d’un prêtre (Jeannette) [Montréal qui chante, juillet 1917] Sur la photo, Germaine paraît être une enfant. La pièce a sans doute été jouée quelques années auparavant et non en 1917.
1918 
 Montréal –Théâtre – Le JumeauVaudeville – Théâtre Canadien-français [Le Canada, 15 août 1918]  Montréal –Théâtre –
1919
 Montréal –Théâtre – Mon Bébé de Maurice Hennequin – Théâtre Canadien-français [Le Canada, 8 mars 1919] Le Sentier du crime ou la Goualeuse – Théâtre Impérial (Québec) [Le Soleil, 30 décembre 1919]  Montréal –Théâtre –
1920
Québec –Théâtre – Le Sentier du crime ou la Goualeuse – Théâtre Impérial [Le Soleil, 2 janvier 1920] Montréal –Théâtre –
1921
Montréal –Théâtre – L’Aiglon de Jean Rostand (le Duc de Reischtadt) – La Sacrifiée (Jeannine) [L’Autorité, 8 janvier 1921] – Théâtre National [Le Panorama, février 1921]  Montréal –Théâtre –
1922 
Montréal –Théâtre – Napoléonette avec Pierre Durand – Théâtre des Nouveautés [L’Autorité 2 décembre 1922] - Le Malade imaginaire de Molière – Antoinette Giroux (Antoinette) Germaine Giroux (Toinon) – Monument national (27 janvier pour le tricentenaire de Molière) [Le Devoir 26 novembre 1921] Montréal –Théâtre – La lampe allumée d’Henri Letondal (La soirée de prosateurs) – Salle St-Sulpice [Le Devoir 27 février 1922] Le Bonheur conjugal mettant en vedette Germaine Giroux – Théâtre Canadien-français [Le Canard 17 septembre 1922]
1923
France – Théâtre
Elle devient la première boursière en arts dramatique. Athanase David, secrétaire de la province, lui accorde une bourse de 3 ans pour étudier à Paris. [350 ans… page 169]
Montréal –Théâtre – L’Aiglon de Jean Rostant – Antoinette Giroux dans le rôle-titre, Germaine dans un second rôle – Théâtre St-Denis [Le Devoir 5 janvier 1923] - L’Amour vainqueur d’Henry Kistemarckers – Théâtre Canadien-français [Le Canada, 2 octobre 1923]
1924
France – Théâtre
Les Précieuses ridicules L’Aiglon
À l’Odéon avec Denis d’Inès qui est aussi son professeur. [350 ans… pages 169-170]
Montréal –Théâtre – La Guitare et le Jazz-band de H. Duvernois et R. Dieudonné – Théâtre Canadien-français [Le Canada, 25 novembre 1924]
1925
France – Théâtre Montréal –Théâtre – Sapho d’Alphonse Daudet – Théâtre Canadien-français [Le Canada, 3 mars 1925]- Les trois masques de Charles Méré – Théâtre St-Denis. [L’Autorité, 11 octobre 1925]
1926
Montréal – Théâtre - Théâtres His Majesty’s, Princess, St-Denis, en province.Elle est en tournée avec la troupe française Porte St-Martin dirigée par Pierre Magnier et Germaine Dermoz. Elle tient le rôle-titre dans L’Aiglon. [350 ans… pages 178-180]
France – Théâtre
Montréal –ThéâtreL’Horrible expérience – Drame d’André de Lorde – Théâtre St-Denis. [La Presse, 18 janvier 1926] – La Revue du printemps– Germaine Giroux fait partie de la troupe St-Denis.[Le Canada, 15 avril 1926]
1927
New York – Broadway - The Spider (mélodrame) 30 mai au 17 décembre 1927 Music Box Theater (Estelle). Antoinette tient le rôle créé par sa sœur. [Radiomonde, 3 juin 1939]
France – Théâtre
New York – Broadway - The Spider (mélodrame) 22 mars au 28 mai 1927 Chanin’s 46th Street Theater (Estelle). La troupe se produit à Montréal à partir du 19 décembre. [La Presse, 20 décembre 1927]
1928
France – Théâtre New York – Broadway The Spider (mélodrame) 27 février au 10 mars 1928 Century Theater (Estelle)
1929
France – Théâtre New York – Broadway Carnival (drame)24 avril au 11 mai 1929 Forrest Theater (Fifi) Ladies of the Jury (comédie)21 octobre 1929 à janvier 1930 Erlanger’s Theater (Mrs Gordon)
1930
Antoinette Giroux est de retour de France. Montréal – Théâtre
La Lettre de Somerset Maugham. Théâtre Stella. Le nouveau théâtre ouvre ses portes le 11 août avec cette pièce. [350 ans… page 202]
New York – Broadway It’s a Grand Life (comédie)10 février à mars 1930 Cort Theater (Mercedes Dale) Ladies All (comédie) 28 juillet au 13 décembre 1930 Morosco Theater / Bijou Theater (Julie)
1931
Montréal – Théâtre Théâtre Stella [350 ans… page 206] New York – Broadway Miracle at Verdun (drame)16 mars à avril 1931 Martin Beck Theater (Madame Duvernois, Odette Lefebvre, Jeannette). - Montréal – Théâtre Théâtre Stella [350 ans… page 206]
1932
 Montréal – ThéâtreLa Belle aventureThéâtre Stella [La Presse, 13 février 1932] Montréal – OpéretteLa Veuve joyeuse –Société canadienne d’Opérette – His Majesty’s – début le 16 mai [La Presse, 26 avril 1932]
1933
Montréal – ThéâtreAntoinette est la vedette de la nouvelle et éphémère Académie nationale de Comédie, fondée par Louis-Philippe Hébert, qui se produit au Monument national. [350 ans… page 213] Montréal – ThéâtreMadame Sans-Gêne (rôle-titre)Théâtre Stella [350 ans… page 214]
1934
Montréal – ThéâtreEn septembre, Antoinette Giroux prend la direction du Théâtre Stella. - Romance (La Cavallini) [350 ans… page 215] Montréal – ThéâtreMadame Sans-Gêne  – Le 6 mars par la troupe d’Antoinette Giroux à l’Impérial [Le Devoir, 3 mars 1934]
1935
Montréal – Théâtre - Cocktail d’Yvette Mercier-Gouin
1936
Montréal – Théâtre - Le jeune dieu d’Yvette Mercier-Gouin Montréal –ThéâtreAs-tu vu mes jumelles ? – Revue d’Henri Letondal – Théâtre Impérial – Germaine Giroux en vedette.[Le Canada, 16 avril 1936]
1937
Montréal – ThéâtreUn Homme d’Yvette Mercier-Gouin Montréal –Théâtre – Un gala est donné le 16 septembre au National en l’honneur de Germaine Giroux qui quitte pour New York  le 28 courant. Le théâtre se portant mal à Montréal, elle espère que sa sœur Antoinette la suivra. Elle jouera dans deux pièces en plus de chanter [L’Autorité, 4 septembre 1937]
1938
Montréal – ThéâtreMarie-Claire ou L’amour en tablier d’Yvette Mercier-Gouin (année à vérifier) New York - (Germaine y réside) – Elle descend à Montréal pour jouer avec sa sœur  et Jacques Auger lors de l’ouverture du Théâtre Amherst avec Entre deux feux, comédie de Georges de la Buysieulx et Roger Max [L’Illustration nouvelle. 16 avril 1938] Elle obtient la permission de son directeur newyorkais de rester une deuxième semaine pour jouer L’Étincelle, comédie d’Édouard Pailleron au même endroit avec les mêmes comédiens [L’Autorité, 23 avril 1938]
1939
New York - Montréal – RadioL’Histoire de God Save the King (CBF) Le Théâtre de Chez-nous (CKAC)[Radiomonde, 3 juin 1939] Montréal – Théâtre - La Dame aux Camélias - Théâtre de l’Arcade. Avec la troupe des Comédiens associés qu’elle vient de fonder. [350 ans… page 236] Montréal – ThéâtreLa Dame aux Camélias Théâtre de l’Arcade
1940
Montréal – ThéâtrePrimerose, etc. Théâtre de l’Arcade. Avec la troupe des Comédiens associés maintenant dirigée par Henri Letondal. [350 ans… page 239] – Montréal – RadioLes Aventures d’Arsène Lupin, Maman Coralie (CKAC) - Le Mystère de la Chambre jaune(CKAC)[Radiomonde, 27 janvier et 19 octobre 1940] Washington – Chanson - La Conga, avec l’orchestre d’Anthony di Bella
Montréal – Théâtre - L’Instinct, de Kistemaeckers - Théâtre de l’Arcade (Comédiens associés)
Washington – Chanson - Flagship Shoreham Hotel
Montréal – Chanson - Cabaret Chez Maurice À partir d’avril 1940 Chanson française avec Ludovic Huot, M.C.
New York – Broadway
Pièce tirée d’un roman de Maurice DeKobra. [Radiomonde, 13 avril et 8 juin 1940]
1941
Montréal – Théâtre -  Avec la Comédie de Montréal, fondée par Paul Gury, compagnie qui tiendra 2 saisons. [350 ans… page 243] Montréal – Théâtre - Sœurs d’amour de Henry Bataille – les sœurs Giroux avec les Comédiens associés – Théâtre de l’Arcade [Le Devoir, 11 janvier 1941]
1942
Montréal – Théâtre - Les Amants de Mayerling de Jean Despréz – Comédie de Montréal [Radiomonde, 21 mars 1942] Montréal – ThéâtreLa Dame de chez Maxim’s (la môme Crevette). Avec la Comédie de Montréal [350 ans… page 247] - Maman de José Germain et Paul Moncousin – Maison de poupées d’Ibsen Montréal – L’Éventail de Robert de Flers et G.-A. de Caillevet – La Lettre de H. de Carbucchia – Théâtre de l’Arcade
1943
Montréal – Théâtre Antoinette se joint à une nouvelle troupe, L’Équipe, formée par Pierre Dagenais. [350 ans… page 250] - L’Amour d’Henry Kistemarckers – Théâtre de l’Arcade Montréal –Théâtre La Rose de septembre de Jacques Deval – Terre inhumaine de François de Curel – Théâtre de l’Arcade
1944
Montréal – Théâtre - Sous le masque d’Yvette Mercier-Gouin Théâtre Arcade. Les 2 soeurs jouent dans la même pièce. - Fabienne de Claude Soccori, création d’Antoinette Giroux – Théâtre de l’Arcade Montréal – Théâtre - Sous le masque d’Yvette Mercier-Gouin Théâtre Arcade. Les 2 soeurs jouent dans la même pièce.
1945
Montréal – Théâtre -  Statue fragile, de Jean Vézina. [350 ans… page 255] – Porté disparu d’Yvette Mercier-Gouin Théâtre du Palais Montcalm (Québec).  New York –  (Engagements non précisés) – Montréal – Théâtre -L’Enjôleuse de Xavier Roux et Maurice Sergine – Théâtre de l’Arcade Rentrée de Germaine Giroux [Le Jour, 31 mars 1945]
1946
 Montréal – Théâtre - La Chair humaine, d’Henri Bataille – Théâtre français [Programme]- Deux femmes de Mme Gabriel Mourey – Antoinette et Germaine Giroux – Théâtre Arcade [Programme] Montréal – Théâtre - Mariage blanc de Jules Lemaître (Madame Aubert) – Théâtre Arcade [Programme] -  L’Emprise de J.-Bernard Luc (Clémence) – Théâtre français [Programme]- Deux femmes de Mme Gabriel Mourey – Antoinette et Germaine Giroux – Théâtre Arcade [Programme]
1947
 Montréal – Théâtre - Duo de Paul Geraldy avec Jacques Auger – Théâtre Arcade [Programme] Montréal – Théâtre - Mademoiselle de Jacques Deval (rôle-titre) – Théâtre Arcade [Programme]
1948
En tournée – L’Homme au cœur d’or d’Henry Deyglun – En tournée au Québec  [Radiomonde, 22 mai 1948] Montréal – Chanson réaliste – Cocktail lounge le Tabarin [Le Canada 7 mai 1948]. Elle est également maîtresse de cérémonie au Tabarin.
1949
Montréal – RadioLa Comédienne de Jacques Bousquet et Paul; Armont – Radio-Canada [Radiomonde, 28 décembre 1949] Montréal – Théâtre -  Un Homme et son péché – sketch – Forum [Radiomonde, 8 janvier 1949]
1950
Montréal – Théâtre  - Neiges  - Théâtre du Rideau vert [350 ans… page 277] - Montréal – Cinéma - Séraphin, de Paul Gury (Angélique) Montréal – Cabaret -  Germaine Giroux chante Piaf et est maître de cérémonie [Photo- journal, 9 février 1950]
1951
Montréal – Théâtre -  Théâtre de l’épouvante – Salle Trinidad [Radiomonde, 16 juin 1951] Montréal – Théâtre -  Théâtre de l’épouvante – Germain Giroux dirige la pièce – Salle Trinidad [Radiomonde, 16 juin 1951]
1952
Montréal – Théâtre - Le Corsaire Théâtre du Nouveau Monde [350 ans… page 286] Montréal – Radio -  L’Épervier de Francis de Croisset – Théâtre des étoiles – CKVL [Radiomonde, 26 juin 1952]
1953
Montréal – Radio - Tartuffe de Molière – Théâtre du Nouveau-Radio-Canada [Radiomonde, 6 juin 1953] Montréal – Théâtre -  Philippe et Jonas d’Irwin Shaw – Troupe du Nouveau-monde – Gésu [Progrès du Saguenay, 11 novembre 1953]
1954
Montréal – Théâtre - Beau sang  - Théâtre –Club [350 ans… page 294] Montréal – Télévision 14, rue de Galais (Mme Richard) Montréal – Théâtre - Gigi de Colette – Mountain Playhouse [La Canada, 18 août 1954]
1955
Montréal – Théâtre - Le Maître de Santiago (Montherland) Théâtre du Nouveau Monde[350 ans… page 296] France, Belgique – Théâtre - 3 pièces de Molière Théâtre du Nouveau Monde [350 ans… page 295] – Montréal - Opéra-comiqueLa fille du tambour-major de Jacques Offenbach (Duchesse Della Volta) – Monument national [Programme]
1956
Montréal – Radio Un Dr de chez nous – CKVL [Radiomonde, 31 mars 1956] Montréal – Télévision - Le Survenant
Festival de Stratford – Festival d’Edimbourg - Henry V  - Troupe montée par Michael Langham avec des artistes canadiens, français pour la Cour de France, avec Gratien Gélinas en Charles VI, et anglais pour la Cour d’Angleterre, avec Christopher Plummer en Henry V [350 ans… page 302]
1957
Montréal – Télévision - Peg de mon cœur – Le Théâtre populaire – Radio-Canada [La semaine à Radio-Canada, 19 janvier 1957] Montréal – TélévisionAnne de Green Gables - Au chenal du moine - Montréal – Cinéma - Le Survenant
1958
Montréal – Théâtre - Tartuffe de Molière (Dorine) – Festival de Montréal [Le Devoir, 5 juillet 1958] Montréal – Télévision - Dieudonné et l’abus de biens d’Yves Thériault – Radio-Canada [Radiomonde, 27 septembre 1958]
1959
Montréal – Télévision - Joie de vivre, de Jean Desprez (Paulette Beauchesne) Montréal – TélévisionLe Grand duc
   
   
1960
Montréal – Télévision - Joie de vivre, de Jean Desprez (Paulette Beauchesne) [La semaine à Radio-Canada, 8 octobre 1960] Montréal – Télévision - Trois Valses – Radio-Canada [Radiomonde, 2 avril 1960]
1961
Montréal – Théâtre - Pas d’âge pour l’argent de Roger Ferdinand –Théâtre Stella [La Presse, 7 octobre 1961] Paris, France – Sur l’invitation de Roland Beaudry, elle se rend à Paris pendant six semaines pour tourner des scènes pour la télévision canadienne. Elle a peu d’engagements à l’époque. [Photo-journal, 9 septembre 1961]
1962
Montréal –Théâtre – Richard II de Shakespeare – Festival de Montréal [Le Devoir, 2 août 1962] Montréal –Théâtre – Pour Lucrèce de Jean Giraudoux (Barbette) – Compagnie le Rideau Vert – Théâtre Stella
1963
Montréal – Télévision -  Beau Sang – Théâtre-Club (pour le 10e anniversaire de la troupe) [La semaine à Radio-Canada, 9 février 1963] – Antoinette Giroux est hospitalisée plusieurs semaines à l’Hôtel-Dieu, où elle a subi une intervention chirurgicale. [Télé-Radiomonde, 23 novembre 1963] Montréal –Théâtre – Turcaret de Lesage – Comédie canadienne [La Presse, 24 août 1963]
1964
Elle est hospitalisée au Royal Victoria pour fractures multiples de la hanche et de la jambe après qu’un machiniste tombe d’une échelle et la heurte violemment. Elle se préparait à participer au Festival Cocteau [Télé-Radiomonde, 16 mai 1964] Montréal – Télévision - Les Belles histoires de Claude-Henri Grignon (Léontine Malterre) – Radio-Canada [Télé-Radiomonde, 2 mai 1964]
1965
Montréal –Théâtre – Oncle Vania de Tchékov – Avec Paul Dupuis –L’Égrégore. Première apparition sur scène en près de 2 ans, suite à ses hospitalisations [Télé-Radiomonde, 25 décembre 1965] Montréal –Théâtre – On grève… de rire – Théâtre du Rideau vert
1966
Montréal –Théâtre – Assassins associés de Robert Thomas – Antoinette et Germaine Giroux – Théâtre du Rideau vert [Programme] Montréal –Théâtre – Assassins associés de Robert Thomas – Antoinette et Germaine Giroux – Théâtre du Rideau vert [Programme]
1967
Antoinette Giroux n’a aucun engagement depuis le début de l’année. [Télé-Radiomonde, 10 septembre 1967] Montréal – TélévisionLes Belles histoires des Pays d’en haut – Théâtre - La Poudre aux yeux d’Eugène Labiche (Constance) – Théâtre du Rideau vert
1968
Antoinette Giroux est honorée lors du Gala des artistes. [Télé-Radiomonde, 8 juin 1968] Montréal – Théâtre - Les Belles-soeurs (Michel Tremblay) Théâtre du Rideau vertGermaine fait partie de la distribution à la création de cette pièce le 28 août.
1969
Montréal – Télévision Rue des Pignons (Grand-mère Therrien) (1969 à 1977) Montréal – TélévisionRue des Pignons (Lola Lopèze) (1969 et 1975)
1970
Montréal – Théâtre - L’Oiseau bleu de Maurice Maeterlinck (la grand-mère) du Rideau vert- Salle Maisonneuve [Télé-Radiomonde, 10 janvier 1970] Montréal – CinémaL’Amour humain, Denis Héroux.
   
1971
Québec – Théâtre - L’Oiseau bleu de Maurice Maeterlinck avec les sœurs Giroux du Rideau vert- Dernières représentations à Québec [Le Soleil, 26 janvier 1971] Antoinette et Germaine Giroux participent au second Salon de la femme à l’Hôtel Bonaventure. [Télé-Radiomonde, 1er mai 1971]
1972
Germaine Giroux fait une crise de foie. [Télé-Radiomonde, 15 juillet 1972] - Montréal – Théâtre -  De tout mon cœur – Théâtre de l’Arcade [Télé-Radiomonde14 octobre 1972]
1973
Montréal – Télévision -  Rue des Pignons (Grand-mère Therrien) (1969 à 1977) [Télé-Radiomonde, 17 février 1973] Montréal – Télévision - Les Belles histoires des Pays d’en haut – 
1974
Montréal – Télévision -  Rue des Pignons  [Télé-Radiomonde, 5 octobre 1974] Montréal – Télévision -  Rue des Pignons  [Télé-Radiomonde, 5 octobre 1974]
1975
Deux mois après le décès de sa sœur, un déséquilibré annonce la mort d’Antoinette. [Télé-Radiomonde, 20 décembre 1975] Décès le 16 août à l’âge de 72 ans. Inhumée au cimetière Notre-Dame-des-Neiges, Montréal, lot P-00094D
1976
Montréal – Théâtre - Pygmalion. [Télé-Radiomonde, 6 novembre 1977]
1977
Rue des Pignons (Grand-mère Therrien)
Elle participe au téléroman jusqu’au dernier épisode, le 1er août 1977. [La Presse 10 juillet 1978] - Antoinette Giroux est victime d’une syncope. [Télé-Radiomonde, 6 novembre 1977]
1978
Le 1er juin 1978, Antoinette Giroux est nommée Officier de l’Ordre du Canada. Décès le 8 juillet à l’âge de 78 ans. Inhumée au cimetière Notre-Dame-des-Neiges, Montréal, lot P-00094D  

 

Note (4 mars 2019)

Contrairement à ce qu’affirme WikipediaGermaine Giroux ne joue pas à New York à l’âge de 16 ans en 1919, du moins jusqu’à preuve du contraire. Dans un article du 23 août 1975 dans La Presse, Rudel-Tessier, relatant la carrière de Germaine Giroux, se remémore que cette dernière lui avait raconté qu’à 16 ans, partie seule à New York, elle se fit remarquer par le producteur William Warren qui cherchait une ingénue à l’accent français pour The Spider. Cette pièce resta à l’affiche 21 mois, selon l’article. Mais comme on le voit dans IBDB, cette pièce a été à l’affiche en 1927-1928, soit huit ans plus tard.

 Sources

BANQ, collection numérique

Internet Broadway Database

Internet Movie Database

Radiomonde (hebdomadaire) 1939-1940

Yvette Mercier-Gouin, Théâtre

350 ans de théâtre au Canada français, Jean Béraud, Le Cercle du livre de France, Montréal, 1958.

[Photographie : autoportrait de Lactance Giroux : Musée régional de Vaudreuil-Soulanges]