Les beaux jours

beaux jours

Des beaux jours? Caroline, fraîchement retraitée, n’a que ça devant elle : du temps libre et encore du temps libre.

La belle vie? Pas si simple… Comment alors tout réinven-ter?

Transgresser les règles, provoquer de nouvelles rencontres, ou bien simple-ment remplir son agenda?

À moins que tout soit déjà là?

Le film, adaptation du roman « Une jeune fille aux cheveux blancs » de Fanny Chesnel, coscénariste avec la réalisatrice Marion Vernoux, aborde les thèmes de la retraite et de l’adultère. Fanny Ardant, devenue blonde pour le film, incarne cette nouvelle retraitée et donne la réplique à Patrick Chesnais (Le code a changéLe scaphandre et le papillon) et à Laurent Lafitte (Les petits mouchoirs).

Dentiste fraîchement retraitée, mais encore jeune, Caroline (Fanny Ardent) se fait offrir par sa fille un abonnement à un club de l’âge d’or, Les beaux jours. Parmi les différentes activités, il y a un cours d’informatique donné par un homme d’une trentaine d’année. Une idylle va-t-elle naître entre eux ? La question du couple est au centre du film. La réalisatrice s’est demandé qu’est-ce qui fait qu’on reste ensemble ou non. Comment relance-t-on les dés ?

Entre le désir d’être désiré et celui de continuer avec le complice de sa vie, ce film nous interpelle avec un humour feutré sur ce qu’est l’amour et le désir rendu à un certain âge. Un film rafraîchissant.

[Les beaux jours de Marion Vernoux, mettant en vedette Fanny Ardant, Patrick Chesnais, et à Laurent Lafitte. À l’affiche à partir du 25 octobre.]