La Voix : un cirque bien orchestré…

La Voix, une émission télédiffusée sur la chaîne TVA est la version de l’émission The Voice, l’adaptation d’un concept qui a vu le jour dans les Pays-Bas. Depuis, plusieurs pays à travers le monde (50!) auraient acheté les droits pour en adapter le concept. Au Québec, ils sont plus de 2,5 millions de téléspectateurs à suivre avec passion cette téléréalité dont le but officiel est de dénicher de nouveaux talents dans le monde de la chanson. Je ne crois pas avoir besoin d’expliquer les règles de l’émission en question, mais disons sommairement qu’on débute le processus avec des auditions à l’aveugle pour monter des équipes, qu’on oppose en duel des participants d’une même équipe pour arriver à la grande finale (je vais au plus court) où il ne reste que quatre finalistes, un représentant par équipe. Le public sera appeler à faire l’ultime choix.

Les coachs de la présente saison sont Pierre Lapointe, Isabelle Boulay, Éric Lapointe et Marc Dupré. Le coach est celui qui détermine qui passera à la prochaine étape, qui sera éliminé. Les participants ont aussi recours à des mentors pour recevoir des conseils sur leur prestation; il s’agit d’artistes de l’univers musical québécois  comme Linda Lemay, Philippe B, Vincent  Vallières et Alex Nevsky cette saison.

Ça fait des mois que j’entends parler de cette « irrésistible » émission. Je voulais en avoir le cœur net, j’ai donc visionné quelques épisodes. Ouf! Mais tout sonne faux dans cette soi-disant téléréalité !

Et à peu près tout y est malsain. L’idée d’opposer deux jeunes participants dans l’interprétation d’une même chanson encourage une  compétition destructrice qui contribue hélas à l’impressionnante cote d’écoute que l’on connaît. Les jeunes aspirants sont lancés dans l’arène sous les cris et bravos sans se douter que le spectacle frôle à plusieurs égards le freak show. Qu’on ait au moins la décence de les voir performer à tour de rôle et dans une chanson qu’ils auront eux-mêmes choisie ! J’ai aussi remarqué qu’on attend d’eux des acrobaties vocales bien plus que de l’émotion; c’est parfois à qui poussera sa note le plus haut !

Un autre élément m’a énervé au plus haut point : l’émotion calculée d’Isabelle Boulay toujours au bord des larmes (comme si elle venait de recevoir un trophée) tantôt émue par la performance d’un candidat, tantôt anéantie à l’idée d’avoir à annoncer à un autre qu’il sera écarté. Et il semble bien que ça marche avec le grand public.

Et qu’ont-ils à dire, ces valeureux coachs et mentors qui conseillent et évaluent les concurrents? Toujours les mêmes clichés  genre : « Laisse monter ton groove, on sent qu’il veut sortir… »  « T’es une naturelle, reste toi-même, retiens pas ton authenticité… » ou encore: « Quand t’es allé(e) dans les notes aiguës, j’ai pogné de quoi, tu m’as bouleversé(e)… j’en ai encore la chair de poule… » Je vous le dis honnêtement, je ne suis pas chanteur et je pourrais m’improviser coach ou mentor sans détonner dans ce refrain d’inepties qu’on lance comme s’il s’agissait de grandes révélations.

En entendant les exclamations démesurées de Pierre Lapointe l’autre soir, je me suis demandé jusqu’où allaient ses convictions dans ce cirque drôlement bien orchestré auquel on prête de nobles velléités : débusquer de nouveaux talents. J’imagine qu’il est facile de se laisser prendre au jeu dans pareil contexte où la démesure, très près de la caricature, semble régir le plateau. Les Éric Lapointe et Marc Dupré ont tout à gagner sous ces flamboyants projecteurs, eux qui devraient peut-être demander conseil à certains jeunes aspirants sur la façon de rendre une chanson.

La plupart de ceux et celles qu’on couronnera au cours de La Voix tomberont vite dans l’oubli aux côtés des étoiles filantes des Star Académie et autres téléréalités du genre. Quelques-uns j’en conviens méritent qu’on les écoute et se feront peut-être un jour une place sous le soleil peu généreux du show-business, mais je doute fortement que les conseils de Vincent Vallières, Alex Nevsky ou Isabelle Boulay y auront été pour quelque chose…

Edvard-Munch-4