Image+Nation 2014 arrive à grands pas

Le doyen des festivals de cinéma LGBT au Canada en est à sa 27e édition cette année. Du 20 au 30 novembre, le festival voit grand avec 43 programmes, incluant 22 longs métrages de fiction et 12 documentaires.

Films d’ouverture et de clôture

Prix Teddy au Festival de Berlin, le long métrage du Brésilien Daniel Ribeiro, The Way He Looks, ouvre le festival le jeudi 20 novembre, 19h30, au cinéma Impérial.

Pris entre des voyous qui l’intimident et des parents surprotecteurs, Leonardo passe ses journées avec sa meilleure amie Giovana, qui le traîne partout en ville. La cécité a toujours été un inconvénient pour Leonardo, mais son angoisse existentielle d’adolescent est apaisée lorsque le beau Gabriel à la voix douce refuse les avances des filles pour pouvoir se retrouver avec lui après l’école. En portugais avec sous-titres français.

Le festival clôturera le dimanche 30 novembre 20h, toujours à l’Impérial, avec Guilda, elle est bien dans ma peau. D’origine française, établi à Montréal en 1955 où il habitera jusqu’à sa mort en 2012, Guilda a commencé sa carrière de travesti juste après la fin de la Seconde guerre mondiale. Au-delà d’une célébration de cet artiste irremplaçable, Guilda rend hommage au monde autrefois florissant des cabarets de Montréal.

Courts métrages

Les Nouvelles voix latines est une sélection des meilleurs court-métrages de l’Amérique latine. De Mexique, en espagnol avec les sous-titres anglais: Todo el mundo tiene a alguien menos yo (Everybody’s Got Somebody…But Me) et Cuatro Lunas. Deux films brésilien, en portugais avec sous-titres anglais: Praia do Futuro (Futuro Beach) et The Way He Looks (Hoje eu quero voltar sozinho) en portugais avec sous-titres français. De Cuba, en espagnol avec sous-titres français: La Partida (The Last Match). Et finalement d’Argentine, en espagnol avec les sous-titres anglais: El Tercero (The Third One).

Queerment Québec est une série de courts-métrages de chez nous. Comme un ouragan, de Florence S. Larose, raconte les tentatives de l’artiste de surmonter ses difficultés masturbatoires avec l’aide de la princesse Stéphanie de Monaco. Comme un parfum de chair, d’Asher Perez-Delouya, narre la rencontre de Jérémie, 25 ans, avec Lucien, 40 ans, qui cache sa séropositivité. We don’t want to marry,  de Coral Short, à la fois performance salace et document politique. Friday vacation, de Kim Kielhofner, est un « documentaire » expérimental qui trace une chronique créative du marin Robin Quickly. Le joyeux soir de mai, de Gaétan Janelle suit un motard qui se rend au cimetière et exprime tout son mal de vivre en récitant un poème d’Émile Nelligan. Mon tout est une femme, de Raphaël Massicotte,  The dancer and the crow, d’Iris Moore, Point de mire, d’Ivy Yukiko Ishihara Oldford, Moon trail, d’Alexandre Gregoire, La déclaration, de Syril Tiar, (Re)trace, de Jonathan Lemieux, Mes hair(s), de Marco Di Biasio, Casse-tête, de Charles Boisseau et  Le piment, racontant le réveil douloureux d’un couple après une soirée de fantaisie, complètent la programmation.

Les jeunes et l’avant-garde

La sélection internationale de productions présentées dans Voix de l’avenir propose des réflexions percutantes  sur le fait d’être jeune et queer. On y retrouve : Boys, Quatro Lunas, Guidance, In The Turn, Lesbomundo, La Partida, Land of Storms, Of Girls and Horses, et Out in the Night.

La série-hommage aux artistes, militants et penseurs innovateurs qui ont contribué à façonner et à définir notre culture LGBT au cours du dernier quart de siècle, « Les avant-gardistes », présentée pour la quatrième année consécutive ratisse large. On y retrouve : Regarding Susan Sontag, un portrait grandeur nature, appuyé sur des faits émanant de sources inédites, de cette critique socioculturelle aussi mordante que populaire ; Limited Partnership, le premier couple de même sexe à se marier légalement, et le premier à se voir refuser le statut d’immigration légale ; et le tumultueux, éclairant et rempli d’action Queens and Cowboys: A Straight Year on the Gay Rodeo.

D’ici et d’ailleurs

Parmi les films canadiens et québécois. signalons Two 4 One, de Maureen Bradley, XYZ,  un documentaire foudroyant explorant les hauts et les bas de la transformation de femme en homme, la délirante comédie dépravée Guidance.

À l’internationale, nous retrouvons le drame suédois Something Must Break, Boys, de Mischa Kemp (Hollande), le succès du Festival de Sundance, Appropriate Behaviour, le portrait russe d’une société déchirée Winter Journey, le primé docudrame suisse The Circle et Out In The Night de Blair Doroshwalter.

Image+Nation
Du 20 au 30 novembre 2014

[Photos : Guilda, elle est bien dans ma peau & The Way He Looks.]

Guida.5_0the-way-he-looks