Festival du Nouveau Cinéma : Programmation

Fondé en 1971 par deux fous de cinéma, Claude Chamberlan et Dimitri Eipidès, qui avaient à cœur d’offrir un lieu et un espace à des films orphelins de diffusion, le Festval du Nouveau Cinéma en est déjà à sa 43ème édition. Encore cette année, le Festival nous offre une production riche et éclectique. 380 films donc (152 longs métrages et 228 courts métrages) en provenance de 55 pays – dont 40 premières mondiales, 51 premières nord-américaines et 41 premières canadiennes.

Ouverture et fermeture
Le film The Good Lie (États-Unis), réalisé par Philippe Falardeau (Monsieur Lazhar, Congorama), donnera le coup d’envoi de cette 43e édition, le mercredi 8 octobre au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Le premier film américain du réalisateur raconte l’histoire de Carrie Davis (Reese Witherspoon), une Américaine qui prend sous son aile quatre orphelins rescapés de la guerre du Soudan.

Présenté en clôture du Festival le samedi 18 octobre, Le Sel de la terre de Wim Wenders et Juliano Ribeiro Salgadomet en lumière le travail et la vie du photographe brésilien Sebastiao Salgado, qui a témoigné de certains des événements sociopolitiques les plus majeurs de l’histoire récente pour ensuite se lancer à la découverte de territoires vierges aux paysages grandioses, à la rencontre d’une faune et d’une flore sauvages.

En outre, le film Tokyo Tribe, du réalisateur japonais Sion Sono, ouvrira la section Temps Zéro, qui célèbre cette année ses 10 ans. Ce film musical « en rap » se déroule dans un Tokyo futuriste où les gangs qui règnent sur la ville doivent s’unir pour combattre un infâme caïd et ogre teigneux nommé Big Buppa (Rikki Takeuchi).

Compétition internationale pour la Louve d’Or
La Compétition internationale propose des films qui se sont démarqués cette année dans les meilleurs festivals autour du monde.Cette année, 15 films sont en compétition pour la Louve d’Or parmi lesquels nous retrouvons notamment 2 films québécois : Félix et Meira, Maxime Giroux et L’Amour au temps de la guerre civile, Rodrigue Jean et 7 premiers longs métrages : Corrections Class, Ivan I. Sverdovsky (Russie, Allemagne) ; Difret, Zeresenay Behrane Mehan (Ethiopie); Gente de bien, Franco Lolli (Colombie, France); She’s lost control, Anja Marquardt (Etats-Unis); Spartacus et Cassandra, Ioanis Nuguet (France); Violet, Bas Devos (Belgique, Pays-Bas); et White Shadow, Noaz Deshe (Italie, Allemagne, Tanzanie). Egalement en compétition : Charlie’s Country, Rolph De Heer (Australie); Mange tes morts, Jean-Charles Hue (France); My Dog Killer, Mira Fornay (Slovaquie, République Tchèque); Next To Her, Asaf Korman (Israël); Something Must Break, Esther Martin Bergsmark (Suède); Xenia, Panos H Koutras (Grèce, France, Belgique).

Présentation spéciale
Dédiée aux grands réalisateurs et aux œuvres qui sortent de l’ordinaire, cette section nous donne à voir le meilleur de la production de l’année, en nous offrant, en avant-première, des films très attendus qui ne devraient laisser personne indifférent : ’71, Yann Demange (Royaume-Uni); A Fuller Life, Samantha Fuller (Etats-Unis); Adieu au langage, Jean-Luc Godard (France); Ana Arabia, Amos Gitai (Israël, France); Baal, Volker Schlöndorff (Allemagne); Bande de filles, Céline Sciamma (France); Boychoir, François Girard (États-Unis); Cavalo Dinheiro, Pedro Costa (Portugal); Evolution of a Criminal, Darius Clark Monroe (Etats-Unis); The Go-Go Boys : the Inside Story of Cannon Films, Hilla Medalia (Etats-Unis) Hard to Be a God, Alexei Guerman (Russie); Hermosa Juventud, Jaime Rosales (Espagne); In the Basement, UlrichSeidl (Autriche); Jauja, Lisandro Alonso (Argentine) ; Love Project, Carole Laure (Québec/Canada); Maps to the Stars, David Cronenberg (Canada, États-Unis, France); Métamorphoses, Christophe Honoré (France); Nightcrawler, Dan Gilroy (États-Unis); Ouïghours, prisonniers de l’absurde, Patricio Henriquez (Québec, Canada); P’tit Quinquin, Bruno Dumont (France); Past Present, Tiong Guan Saw (Malaisie); Résistance Naturelle, Jonathan Nossiter (Italie, France); Révolution Zendj, Tariq Teguia (Algérie); La Sapienza, Eugene Green (France, Italie); Still the Water, Nami Kawase (Japon);The Voices, Marjane Satrapi (Etats-Unis, Allemagne) ; Wild, Jean-Marc Vallée (États-Unis).

Panorama
Large aperçu des dernières productions indépendantes du monde entier avec 39 films sélectionnés, la section Panorama se veut le reflet le plus fidèle de l’état du cinéma contemporain : 7′ rue de la folieRhalib Jawad (Belgique); A Girl Walks Home Alone at Night Ana Lily Amirpour (États-Unis); A Street in Palermo Emma Dante (Italie/Suisse/France); El Ardor Pablo Fendrik (Argentine, Mexique, Brésil, France); Below Dreams Garrett Bradley (États-Unis); Le Challat de Tunis Kaouther Ben Hania (Tunisie, France, Canada, Émirats Arabes Unis); Ela volta na quinta André Novais (Brésil); Force Majeure Ruben Oslung (Suède, Danemark, France, Norvège); Foreign Bodies Mirko Locatelli (Italie); Go Forth Soufiane Adel (France) ; Le Grand Homme Sarah Léonor (France); L’Institutrice Navad Lapid (Israel); Layover Joshua Caldwell (États-Unis); Liar’s Dice Gheetu Mohan Dice (Argentine, Colombie, France, Pologne); Lucifer Gust Van Den Berghe (Belgique); Les Merveilles Alice Rohrwacher (Italie); Mes souliers rougesSara Rastegar (Iran); The Owners Abdikhan Yerzhnov (Kazakhstan); Refugiado Diego Lerman (Argentine); Les Règles du jeu Claudine Bories & Patrice Chagnard (France); Scheherazade’s Diary Zeina Daccache (Liban); The Special Need Carlo Zoratti (Italie); Steadiness Lisa Weber (Autriche); Test Alexander Kott (Russie); The TribeMyroslav Slaboshpytskiy (Ukraine); Un jeune poète Damien Manivel (France); Uncle Tony, Three Fools and the Secret Service Mina Mileva, Vesela Kazakova (Bulgarie); Ventos de agosto Gabriel Mascaro (Brésil); Vincent n’a pas d’écaillesThomas Salvador (France); With Real Stars Above my Head Alfredo Covelli (Italie). En outre, Panorama présentera Stop Making Sense, 9 films dans lesquels la musique tient le rôle principal: Between Dog and Wolf : The New Model Army Story Matt Reid (Royaume-Uni, Allemagne); Bjork – Biophilia Live Nick Fenton et Peter Strickland (Royaume-Uni); Dominique A, La Mémoire vive Thomas Bartel (France); Don’t Think I’ve Forgotten: Cambodia’s Lost Rock and RollJohn Pirozzi (État-Unis/Cambodge/France); Electro Chaabi Hind Meddeb (Égypte/France); Heaven Adores YouNickolas Rossi (États-Unis); Indebito Andrea Segre (Italie); Un jour peut être – Une autre histoire du rap francaisRomain Quirot, Antoine Jaunin et François Recordie (France); YximallooTadhg O’Sullivan et Feargal Ward (Irlande).

Focus
Une sélection qui propose de porter son regard sur une nouvelle génération de cinéastes d’ici, souvent découverte à travers ses courts métrages. La section s’ouvrira avec la présentation de la coproduction belge Je suis à toi de David Lambert, un conte à la fois moderne, provocant et sensible, relatant la relation entre Lucas (Nahuel Perez Biscayart, primé au dernier festival de Karlovy Vary), jeune escorte gaie, Henri (Jean-Michel Balthazar) et Audrey (interprétée par Monia Chokri). Les longs métrages en compétition pour le Grand Prix Focus présenté par Air France sont : Antoine et Marie, Jimmy Larouche; The Creation Of Meaning, Simone Rapisa Casanova (coprod Italie); Le Prix à payer, Harold Crooks; Fucké, Simon Gaudreau; Gurov et Anna, Raphael Ouellette;In her Place, Albert Shin (coprod Corée du Sud); Le Militaire, Noel Mitrani; Nouvelles, nouvelles, Olivier Godin.
Les films présentés hors compétition sont : L’art et téléphone, Serge Cardinal; Cantouque à Godin, Michel Depatie; Fort McMoney, David Dufresne; Gaetan, Jules Falardeau et Naïm Kasmi; La génération porn,Pascal Plante; Luigi Serafini, Grand Rectum de l’université de foulosophie, François Gourd; et Un repli, Guillaume Roussel-Garneau.

Temps Ø
10 ans que Temps Ø bouscule les festivaliers pour leur plus grand plaisir! Pour fêter cet anniversaire en grand, la section assume les grands auteurs et pousse plus loin encore la découverte avec 17 films. Le bal s’ouvre donc avec l’immense et radical film musical Tokyo Tribe (Japon) de Sion Sono, qui vient de faire sensation au Festival international de Toronto. Cette année encore, la section propose certaines des œuvres les plus singulières et audacieuses provenant des quatre coins du monde:Alléluia, Fabrice du Welz (Belgique, France); Crimes of Passion, Ken Russell (États-Unis); Der Samourai,Till Kleinert (Allemagne); Dragon Inn, King Hu (Taïwan); L’enlèvement de Michel Houellebecq, Guillaume Nicloux (France); Fires on the Plain, Shinya Tsukamoto (Japon); Giuseppe Makes a Movie, Adam Rifkin (États-Unis); Incompresa, Asia Argento (Italie, France); It Follows, David Robert Mitchell (États-Unis); Kings of the Wind & Electric Queens, Cédric Dupire et Gaspard Kuentz (France); Lost Soul – The Doomed Journey of Richard Stanley’sIsland of Dr. Moreau, David Gregory (États-Unis, Angleterre); Near Death Experience (NDE), Benoît Delépine et Gustave Kervern (France); Over your Dead Body, Takashi Miike (Japon); Réalité, Quentin Dupieux (France); The Tale of Princess Kaguya, Isao Takahata (Japon); The World of Kanako, Tetsuya Nakashima (Japon).

Courts métrages – Compétition internationale – Loup argenté
31 films se disputeront le prestigieux Loup argenté (qualificatif, rappelons-le, pour la course aux oscars). Répartis dans 6 programmes, les courts métrages de la compétition internationale empruntent les chemins de traverse pour percer les mystères de l’espace/temps ou, plus prosaïquement, du monde. Profondément originaux, les nouveaux films de Manuel de Oliveira, Patrick Bokanowski, Olga Pärn et Priit Pärn, Marie Losier, Gabriel Abrantès, Nicolas Boone et Lucile Hadzihalilovic, pour ne citer que les plus connus, rivalisent d’audaces narratives et stylistiques. Assurément, une sacrée moisson de découvertes!

Courts métrages – Grand prix Focus
Pour la très populaire compétition Focus, 33 films se disputeront le Grand Prix: Seth’s
Dominion, portrait du grand dessinateur de bande dessinée Seth, réalisé par Luc Chamberlan, ouvrira cette compétition. Suivront ceux que l’on ne présente plus : Marie-Ève Juste et son très troublant Plage de sable, le virtuose Mynarski chute de mortelle de Matthew Rankin, Mireille Dansereau, Randall Lloyd Okita (fraîchement auréolé de son prix au TIFF), Olivier Godin, Pierre Hébert… Citons encore Sleeping Giant, Andrew Cividino (primé à Locarno), Petit Frère de Rémi Saint-Michel (très remarqué à la Semaine de la critique) ou encore Transfer de Christopher Spencer-Lowe (meilleur court à l’Atlantic Film Festival).

Les projections commentées
Comptant parmi les activités les plus prisées des festivaliers, les projections commentées sont de retour! Cette année, ce sont 4 réalisateurs qui se prêteront au jeu pour les films suivants : Pour l’amour de Dieu (2011), par sa réalisatrice, Micheline Lanctôt; Tu dors Nicole (2014), par son réalisateur, Stéphane Lafleur en collaboration avec l’ARRQ; Jesus Christ Superstar (1973), de Norman Jewison commenté par Atom Egoyan; et Don McWilliams commentera les premiers films 3D de Norman McLaren restaurés pour la première fois. Jared Case sera aussi présent pour commenter une copie de Too Much Johnson(1938), de Orson Welles, qu’il a lui même restaurée pour la George Eastman House. Le public pourra profiter d’une nouvelle appréciation de ces films grâce aux analyses et anecdotes des commentateurs.

Festival du Nouveau Cinéma
Du 8 au 19 octobre 2014
[Photo : The Good Lie.]

good-lie