Fantasmagories 3D au FNC

FNCLe Festival du Nouveau Cinéma présente un pro-gramme de courts métrages en 3D avec sept œuvres sélectionnées en compéti-tion internationale qui sont en lice pour remporter le Loup argenté du meilleur court métrage.

Cochemare, de Chris Lavis et Maciek Szczerbowski. Audacieuse nouvelle œuvre de science-fiction érotico-mythique, Cochemare, est une étude sur l’obsession sexuelle et l’isolement. Alliant le dessin animé, le réel et le 3D stéréoscopique, ce court métrage offre une expérience immersive, tactile et sensorielle. Offrez-vous un voyage menant de la mythique Forêt des Tempêtes à la Station spatiale internationale en orbite. Avec Sylvie Moreau & Victoria Diamond et la musique originale de Patrick Watson. Produit par Phoebe Greenberg et Penny Mancuso (Phi Films). Durée: 13 minutes

La fin de Pinky (The End of Pinky). La jeune réalisatrice montréalaise native de Fredericton, Claire Blanchet, sera au FNC pour présenter son film en première québécoise.  La fin de Pinky, animation de dessins au crayon et au pastel, relate l’histoire de trois anges déchus en quête de camaraderie et d’humanité dans l’ombre du quartier des prostituées, au cœur d’un Montréal mythique et magique. Adaptation de la nouvelle du même nom signée par l’écrivaine montréalaise Heather O’Neill. La narration en français a été assurée par le comédien Marc-André Grondin. Durée : 8 minutes et 14 secondes

Gloria Victoria. Theodore Ushev est de retour pour une septième fois au Festival avec Gloria Victoria (en première québécoise), qui sera présenté en stéréoscopie 3D. Ce troisième volet d’une trilogie sur les relations entre l’art le pouvoir, qui se déploie sur les décombres encore fumants de la furie du 20ème siècle, a remporté a été primé au festival du film d’animation d’Annecy en juin dernier. Du front russe à la révolution chinoise, de Dresde à Guernica, le réalisateur convoque ici le surréalisme et le cubisme pour orchestrer un éclatant cauchemar pour la paix. Gloria Victoria est porté par la Symphonie Leningrad (no 7) de Chostakovitch. Durée : 6 minutes 55 secondes.

Jeu de l’inconscient (Subconscious Password). Chris Landreth, réalisateur lauréat d’un Oscar pour son film Ryan, est de retour au FNC pour une troisième fois. Dans cette production en stéréoscopie 3D animée par ordinateur, le cinéaste utilise une maladresse assez fréquente en société – oublier le nom d’une connaissance – comme point de départ d’une troublante incursion dans les méandres de l’inconscient. Inspiré de la célèbre émission de télé Password, le film présente une brochette de personnalités animées, qui font des pieds et des mains pour l’amener à se rappeler ce nom. Couronné meilleur court métrage au Festival international du film d’animation d’Annecy. Durée : 10 minutes 55 secondes.

Impromptu, de Bruce Alcock. Si l’invitation à dîner lancée à la dernière minute par la femme de Chuck à ses collègues de travail a tout d’une catastrophe annoncée, elle donnera pourtant lieu à une révélation intime sur l’importance d’accepter le chaos du spectacle grandiose de la vie. Durée : 10 minutes 10 secondes

Souviens-moi, de Joséphine Derobe. Thomas, la trentaine, retourne dans la maison de son enfance pour un étrange tête à tête… Une exploration des thèmes du souvenir et de la perception qui associe des techniques de reliefs inédites, tant pour l’image que pour le son, par celle qui fut déjà derrière la 3D du Pina de Wenders. Durée : 16 minutes.

The Sparkling River, de Paul Raphaël et Félix Lajeunesse. Un groupe de touristes chinois fait irruption sur les terres d’une femme, apparemment par accident. Dans ce film qui sonde les thèmes de la mémoire et de la présence, l’utilisation de l’image 3 D engage le spectateur dans une expérience cinématographique onirique et contemplative. Durée : 18 minutes.

Les séances dans le cadre du Festival du nouveau cinéma auront lieu le mardi 15 octobre, à 19h15 et le jeudi 17 octobre, à 17h au Cinéma du Parc.

Pour la programmation complète, visitez le site du Festival du Nouveau Cinéma. [Image : Cochemare]

Cochemare