Cinéma : La désolation de Smaug

hobbit-1

Je l’attendais avec impatience cette deuxième partie du Hobbit car je suis un fan fini de cette histoire. Étant un jeune des années 70, je me rappelle que le premier livre sans images que j’ai lu était précisément le Hobbit et que,  grâce à ce livre, je me suis ouvert à la lecture.

Comme cadeau de Noël, je suis allé au cinéma voir le film. Je vous conseille si vous n’avez pas vu le premier  d’aller au club vidéo le louer car contrairement à la trilogie du Seigneur des Anneaux, il n’y a pas prologue et on tombe directement dans le feu de l’action. C’est un peu compliqué de s’y retrouver si on n’a pas lu le livre ou vu le film.

L’histoire 

Bilbon Sacquet et les Nains continuent leur quête vers la Montagne Solitaire. Les Trolls sont à leurs trousses alors qu’ils s’engagent dans la dangereuse forêt de Mirkwood. Attaqués par des araignées géantes puis capturés par les Elfes, ils s’évadent et sont sauvés grâce au talent au combat de Legolas et de Tauriel. Pendant ce temps, Gandalf est sur la piste de la force sombre qui prépare secrètement son retour à Dol Guldur. Après un passage à Bourg-du-Lac, les Nains découvrent la porte secrète qui leur donne accès à la montagne. Bilbon doit alors fouiller le trésor afin de retrouver la Pierre Arcane, sans réveiller le dragon Smaug.

Le scénario

Puisque que ce deuxième film représente le milieu du livre et que c’est d’une quête à travers des montagnes et des forêts (qui sont majestueuses, à vous couper le souffle) dont il est question, les spectateurs n’ayant pas pris connaissance de cet univers pourraient trouver ce film de 161 minutes un peu long. Moi-même, étant fumeur, j’avais hâte de voir la fin.

Tout de même, je dois avouer que les nouveaux personnages qui ne sont pas dans le livre de J. R. R. Tolkien, sont un bon ajout au récit, on y retrouve également avec plaisir certains des personnages du Seigneur des Anneaux.

Mon plus grand bémol au sujet du film est la fin qui, à mon avis, est plus frustrante qu’autre chose, mais sur ce sujet je préfère me taire pour vous laisser la surprise.

Techniquement

Le fait d’avoir tourné à 48 images par seconde, soit le double des 24 i/s actuellement en vigueur  au cinéma est, à mon avis, une très bonne chose, même si les critiques sont partagés sur le sujet. Il est vrai que cette technique vous donne des images hyper réalistes, qui provoquent une légère sensation de ralenti, ce qui rejoint plus la technique de la  télé que celle du cinéma habituel. Par contre, les scènes d’action floues qui m’étourdissent habituellement sont remplacées par des images très lisibles et d’une beauté inégalée dans le septième art. J’ai particulièrement aimé la scène qui se passe dans des rapides où l’on réussit à voir les gouttes d’eau qui éclaboussent sur les rochers. De toute beauté.

En résumé, je vous conseille d’aller voir ce film et, si vous en avez la chance, allez le voir en 3D, Smaug est resplendissant.

Le Hobbit : La désolation de Smaug  
Film réalisé par Peter Jackson
D’après le livre de J. R. R. Tolkien