40 ans de joaillerie

L’École de joaillerie de Montréal fête ses 40 ans cette année. En 1973, Mme Madeleine Dansereau, joaillière et orfèvre, s’associe à M. Armand Brochard, joaillier, pour fonder l’Atelier de joaillerie installé dans le Vieux-Montréal et qui deviendra plus tard l’École de joaillerie de Montréal.

Les fondateurs ont la passion de leur métier et veulent en faire profiter les Montréalais. Ils obtiennent un permis d’enseignement et reçoivent leurs premiers élèves. Depuis 1989  l’école est associée au Cégep du Vieux-Montréal pour le programme Techniques des métiers d’art, option joaillerie.

J’ai admiré les œuvres des Fondateurs : Madeleine Dansereau dont la recherche s’élargit vers des matériaux comme le papier  fait main, les fibres, les teintures. Armand Brochard, plus classique dont le pendentif  Secret  est vraiment  un petit bijou  et dont les bagues-sculptures sont remarquables.

Ensuite, nous passons aux Maîtres : le collier fait d’objets trouvés  de Pilar Aqueci; les boucles d’oreilles  de Georges Delrue que j’admirais tant lorsque j’étais jeune fille; la magnifique broche Incognito de Georges  Schwartz; le Bracelet  Fractal de Francesc Puich  qui allie l’argent et l’or à l’acrylique et à la résine. Si l’espace me le permettait, je parlerais de chacun d’eux car je suis très enthousiasmée par la diversité et l’imagination de tous les Maîtres.

Et puis, nous passons aux Héritiers, à tous ceux qui assurent la relève : Michel Burns avec son magnifique bracelet d’argent et d’ébène; Eliane-Catri Blouin-Achim qui fait côtoyer l’argent, le cuivre et le béton; l’installation miniature d’Anne Fauteux : Sculpture-jeu; le collier Engrenage   de Bruno Gérard et celui d’Yves Girard : Galène; Juste une bouchée d’Emilie Guay-Charpentier; la  Parure d’épaule de Claude Loranger dans laquelle je vois un insecte étrange; Marie-Eve Martin et ses bagues-sculptures; la lampe  261 rue des Tilleuls de Julie Mineau, fascinant!; le bracelet Corail  de Magali Thibault-Gobeil; le Rafraichissoir de Catherine Tremblay. Et combien d’autres. Là aussi, j’apprécie  le travail de chacun des  artistes. Leur créativité et leur savoir-faire sont extraordinaires et leurs œuvres tiennent autant du bijou que de la sculpture. La relève est vraiment assurée.

Pour son 40e anniversaire, l’école a publié un bel album-souvenir avec l’historique de l’institution et des photographies de toutes ces œuvres remarquables.

Enfin, je suis ravie. C’est magnifique! C’est plein de promesses! Longue vie à l’École de joaillerie de Montréal!

Le Salon des Métiers d’Art jusqu’au 21 décembre 2014. Entrée gratuite. Photo : Brigitte Côté / Galerie concours nature, Galerie École de joaillerie de Montréal.

joaillerie