Journée mondiale de lutte contre le sida 2013 : une journée où se construit l’espoir

Jean-Luc_RomeroJean-Luc Romero
Collaboration spéciale

En cette Journée mondiale de lutte contre le sida, une fois n’est pas coutume, partons de la fin. Enfin plutôt parlons de la fin, de la fin possible du sida On l’a beaucoup évoqué ces derniers mois et ce rêve utopique pourrait devenir réalité grâce, je schématise quelque peu, au dépistage et à une mise sous traitement précoce – et donc à ce fameux mais atteignable accès universel aux traitements. Fin du sida, oui mais … souvent la deuxième partie de la phrase est oubliée : à la condition indispensable d’un financement des états à la hauteur du défi ; concrètement, l’ONUSIDA estime à simplement 5 milliards de dollars US les financements manquants pour réaliser les objectifs fixés pour 2015. De là à faire un parallèle avec les centaines de milliards débloqués pour les banques : rien qu’en France : 360 milliards d’euros. …

La transition est toute trouvée pour évoquer mon pays : la France. En 2012, 6400 personnes ont découvert leur séropositivité. Au-delà de toute la question de l’accès aux outils de prévention, et de la promotion du dépistage (aussi bien quant à ses temps de proposition qu’aux manières de le faire), nul doute que la vraie priorité, la pierre angulaire de ce combat pour la vie, c’est bel et bien la lutte contre la sérophobie. Car, au-delà d’être une atteinte intolérable aux droits humains, elle est une entrave forte à toute politique de prévention et surtout de promotion du dépistage. Pourquoi se dépister si le statut de malade est à ce point discriminant et précarisant ? Aujourd’hui, 30 ans après le début de l’épidémie, le constat que l’on peut dresser est dramatique : le malade fait plus peur que la maladie … Alors lutter contre la sérophobie est une priorité, une priorité qui passe par une politique d’éducation à la vie affective et sexuelle avec à la clé des moyens pour la mettre en œuvre !

Face à la situation – faut-il rappeler que jamais autant de personnes n’ont vécu avec le VIH que ce soit  en France ou dans le monde ? -, la résignation n’a pas droit de cité. Car c’est bien ça la Journée mondiale de lutte contre le sida : une journée où, grâce à l’énergie des militants, se fabrique l’espoir et se construit l’avenir. Un futur juste et solidaire.

[Militant de longue date, Jean-Luc Romero  est le premier homme politique à avoir révélé sa séropositivité au VIH, en mai 2002 – Page FacefookSite personnelWikipédia – Photo : Claude Truong-Ngoc.]