Dieu aime l’Ouganda

god_loves_ugandaEn ouverture du festival Massimadi était présenté le film God Loves Uganda, un documentaire qui explore le rôle des évangélistes américains dans la rédaction de la loi homophobe ougandaise. Les ressources financières de ces représentants de la droite morale américaine ont de quoi nous inquiéter. Depuis trente ans elle s’immisce dans toutes les sphères politiques non seulement aux États-Unis mais aussi dans de nombreux pays en développement. George W Bush était entouré d’évangélistes. Ces derniers sont aussi derrière des lois comme celle discriminant les homosexuels en Arizona. Comme le dit si bien le film, ils ne cherchent pas à prendre le pouvoir mais plutôt à imposer aux dirigeants de ce monde la loi naturelle ou divine, c’est selon.

Le film de Roger Ross Williams suit de jeunes prédicateurs de l’International House of Prayer, dont le siège est à Kansas City, formés pour évangéliser la Perle de l’Afrique. Avec des moyens colossaux (un milliard de dollars pour sauver un million d’âmes, déclare un de ses leaders), ils imposent leur vision du monde à des communautés souvent démunies. Ils construisent hôpitaux, écoles (et églises, naturellement) afin d’attirer la population dans leur giron idéologique basée sur une interprétation obtuse et littérale de la Bible. À côté de ça, le Pape François a l’air d’un anarchiste.

Le mouvement évangélique est une mouvance dure à cerner. Il n’y a pas de pouvoir central, contrairement aux catholiques ou aux anglicans, par exemple. Des églises apparaissent telles une génération spontanée, souvent sous l’impulsion d’un prédicateur charismatique. Leurs membres croient aux miracles, aux langues (capacité de parler dans toutes les langues terrestres ou célestes), au retour imminent de Jésus-Christ et à la Bible comme unique référence. Ils donnent à leur église 10% de leurs revenus, d’où le pouvoir financier immense de celles-ci. Et ils ont comme mission d’évangéliser la terre entière avant la venue du Sauveur qui reviendra bientôt nous juger.

Ce phénomène n’est pas à prendre à la légère. Un documentaire à voir pour tous ceux qui veulent comprendre leur modus operandi.

God Loves Uganda
Réalisateur : Roger Ross Williams
États-Unis et Ouganda 2013 – 83 minutes.

[Site du festival – Page Facebook.]